HOMMEFLEUR : Transgender site, just showing some lace from our bra, but that's all !
Notre prochaine assemblée générale aura lieu le weekend du 20 au 22 mars 2015, le jour du printemps, au château de Chicamour (voir le site), situé 75 Route Nationale 60, 45530 Sury aux bois.

L'association a envoyé une pré-réservation de cinq cents euros (500 €), à titre d'acompte. Le tarif négocié comprend les repas et les nuitées sur la base de chambres doubles. C'est le moment de contacter vos copines !

La structure de cette réunion est toujours la même, assemblée générale le samedi après-midi à 15 heures, soirée dansante animée par notre copine Natacha Colard, visite touristique le dimanche matin.

Si nous sommes suffisamment nombreuses, le lieu pourrait nous être réservé. Alors pour profiter de cette vie de château, merci de remplir ce document contenant tous les détails, et le retourner au siège de l'association accompagné de votre règlement, avant le 31 décembre 2014, dernier délai.

Elle est pas belle la vie !

Jeanne Auguey 03/11/2014
Last weekly registered girlfriends ! De nouveaux membres sont venus nous rejoindre. Les premiers pas sur le site peuvent être "maladroits"... Réservons leur le meilleur accueil !

yesterday, Francine Elegance
19th Wednesday 2014, Cyril Sandrine
19th Wednesday 2014, Claire Lartesienne
18th Tuesday 2014, Claudia Seule
18th Tuesday 2014, Helene_qc Larose
17th Monday 2014, Elodie Sweet
16th Sunday 2014, Fabienne D
15th Saturday 2014, Soniatg Fr

Register me as site member
Forum public : Meet Vladimir Fomin, Man Who Refuses to Wear Pants and Only Puts on Skirts or Dresses
Par Jeanne Auguey Publié: 18th Tuesday
3 réponses
https://www.youtube.com/watch?v=k9HO2W6cnYM
Sophie a écrit sur le livre d'or :
bravo a jeanne pour se site qui met en contact les gens bio, travesties, transgenres etc... pour moi c est le meilleur, je suis contente dans faire partie depuis l ancien site et longue vie a hommefleur.
I love this site, I sign the guest book
Au secours, mon fils se travestit... Vous vous apercevez depuis un certain temps que vos vêtements ou vos chaussures sont déplacés ou bien vous prenez votre enfant en flagrant délit du port des jupes ou des chaussures de sa sœur. Il s’agit peut-être simplement d’une découverte, nombreux sont les garçons l’ayant fait un jour mais le fait est resté sans suites.
Si vous observez une chronicité :
  • Ne culpabilisez pas en vous demandant ce que vous avez fait ou ce que vous avez loupé. Vous n’y êtes pour rien, il s’agit d’un des mystères de l‘esprit humain.
  • Ne le brutalisez pas pour le remettre dans un « droit chemin », la violence serait contreproductive dans son cas.
  • Ne le jetez pas à la rue, il n’a volé, ni violé, ni tué personne. Il est mineur donc sous votre responsabilité et il sera à jamais votre enfant !
    Acceptez d’ores et déjà que votre fils ne sera pas tout à fait comme les autres et entamez un dialogue avec lui pour connaître les raisons de ses envies qui peuvent être très diverses selon les cas, d’une fascination pour le vêtement féminin simplement jusqu’à l’expression à l’opposé d'une irrépressible aspiration à être femme. Cela traduit-il que votre fils est homosexuel ? Etre homosexuel n’est pas une tare ou un défaut et il faut savoir qu’il existe de nombreux transgenres adultes qui sont hétérosexuels, mariés et pères de famille. Il sera peut-être un « transgenre », une personne appréciant le port des vêtements habituellement dévolus à l'autre sexe. Il existe une différence fondamentale entre homosexualité et trans-identité, la première répondant à la question "vers qui suis-je attiré(e) ?", la seconde répond à "qui suis-je ?"
    Ces personnes n’ont pas toutes des parcours sordides dans leur ensemble, oubliez les clichés « prostitution du Bois de Boulogne » et aidez-le à gérer son idéal avec des personnes ayant des expériences et des sentiments semblables aux siens et qui pourront être de bon conseil.
    Votre enfant est-il dévalorisé ? Sa vie sera plus compliquée que pour un autre mais engager une recherche de son identité réelle, en contradiction avec son identité sociale, est une démarche difficile, qui suppose une volonté forte, du courage, de la ténacité, toutes qualités qui enrichissent la personnalité de tout individu. C’est pourquoi, celles qui réussissent, sont des atouts pour notre société.
    Pour plus d’information, consultez le site http://www.sts67.org
    Est-il un phénomène isolé ? Selon une enquête, 6% des hommes aux USA se travestissent.
Marie Laure : « The only website where we can ear to yourself "You are pretty" ! » Aujourd'hui, à...

16h18 Pamela dupont à .Lucie Lulu « Ce fameux rouge et noir qui ne se démode pas et toujours aussi sensuel . »

15h32 Pamela dupont à .Aurelie Corre « Quel rêve, ce que t'es belle, féérique ! »

13h41 Pamela dupont à .Isabelle Baldi « Une tenue que je rêve de porter depuis des années t'as bon gout et t'es superbe . »

13h03 Sophie dony à .Beatrice D agora « une jolie tablée , j'enrage de ne pas avoir été avec vous »

13h02 Sophie dony à .Hélène Dormoy « quel beau sourire sur ce visage épanouï »

12h01 Emma nuelle. «

21/11/2014 10h06 Priska Travis a écrit :wahooo la minette... glamour et sexy ! joli look, bravo !
Merci !! :* »

12h01 Emma nuelle. «

21/11/2014 07h09 Elisa Revesse a écrit :DES JAMBES MAGNIFIQUES
Merci ! »

07h01 Jeanne auguey à .Hélène Dormoy « Tout ton album est très bien, mais si je peux me permettre, les cheveux courts te vont mieux. »

Les albums du jour et photos récentes des copines.
     Last picture uploaded. Rejoindre l'album
Girlsfriends tell us stories! Nowadays, they read and appreciate* :
18th Tuesday, Ma nouvelle maison, par divers
16th Sunday, EPILOGUE, par marietherese2
16th Sunday, LE PARADIS DE MIREILLE, par marietherese2
16th Sunday, Sonia, par marietherese2
16th Sunday, LA PRISE DE POUVOIR, par marietherese2
16th Sunday, Chateau T, par marietherese2
16th Sunday, LA JAGUAR, par marietherese2
16th Sunday, LA BARONNE DE HAUTERUE, par marietherese2
16th Sunday, LE VOYAGE A TENERIFE, par marietherese2
16th Sunday, AMELIE, par marietherese2
16th Sunday, LE MAGASIN DE SOPHIE, par marietherese2
16th Sunday, LE COLONEL OSCAR, par marietherese2
16th Sunday, LES GOUVERNANTES, par marietherese2
16th Sunday, De cousin à cousine, par divers
15th Saturday, IV: Préparée pour les enchères, par chrissy75
15th Saturday, La maison rose 2, par divers
15th Saturday, La maison rose 1, par divers* Texts noted by the readers with a note > 3/5
Emma Nuelle, notre plus belle copine du jour! Bonjour. Je suis un homme de 41 ans, marié, père de 4 charmants enfants et tombé dans le travestissement vers 10 ans. J'ai fait ma crise de la 40aine l'année dernière et ai donc décidé de me mettre au maquillage, sorties, etc. Relativement présent sur Facebook et sur le site xxy.fr, je viens élargir mes horizons pour voir ce qui se passe ailleurs aussi ! :) Merci de bien vouloir m'accueillir parmi vous. Plus de photos ici : https://www.facebook.com/emma.ryger/photos https://www.flickr.com/photos/emma_nuelle/ Biz.
En savoir plus sur elle
Voir tous nos palmarès
Emma Nuelle, notre plus bel album du jour! Bonjour. Je suis un homme de 41 ans, marié, père de 4 charmants enfants et tombé dans le travestissement vers 10 ans. J'ai fait ma crise de la 40aine l'année dernière et ai donc décidé de me mettre au maquillage, sorties, etc. Relativement présent sur Facebook et sur le site xxy.fr, je viens élargir mes horizons pour voir ce qui se passe ailleurs aussi ! :) Merci de bien vouloir m'accueillir parmi vous. Plus de photos ici : https://www.facebook.com/emma.ryger/photos https://www.flickr.com/photos/emma_nuelle/ Biz.
En savoir plus sur elle
Voir tous nos palmarès
Joanne Durand, adhérente n° 142. Au hasard des rencontres virtuelles, une copine se présente à nous : « suis transgenre depuis longtempt j'ai trouvee votre sitej'espere que je trouverais beaucoup d'amies de mon genre pour amitiees sorties et dialogues »
En savoir plus sur elle
Contacter Joanne
, Picardie
Croire ou pas... Avec leur culture scientifique, nos copines ingénieuses se posent des questions. Elles croient en un Dieu, mais pas celui des religions. Invitation au voyage dans l'univers !
Le Credo de Lucie Sobek et la théorie des "Si" de Carole Derider
Intimate girlfriends diaries.
19th Wednesday, Nantaise d'un week-end par Kim Song
17th Monday, Cette coiffure vous va bien par Gisele Petite
(s) sexual materials texts
Evidence, their true little feminine life! Nowadays, they read and appreciate* :
today Lysiane
today Claudiafrance
today Estelle22
today Petite
today Josette
today Josette
today Josette
today Claude pinson
today Chrystel
today Josette
yesterday Francoise
yesterday Jeanne
yesterday Florence
yesterday Emma lanuit
yesterday Ophelie
yesterday Muriel 21 Salles
yesterday Amande
yesterday Emma la nuit
yesterday Arthemise
yesterday Thiy
yesterday Marite
yesterday Ines
yesterday Malinca
yesterday Barbara28
yesterday Matilda
yesterday Daniella
yesterday Maurenn
yesterday Myriam
yesterday Noemie
yesterday Tyral
yesterday Petite sophie
yesterday Karinej
yesterday Charlotteno
yesterday Sylvia
yesterday Lise m
yesterday Veronique
yesterday Sophie de montreal
yesterday Helena
yesterday Eugenie
yesterday Eugenie
yesterday Hanan
yesterday Vicky
19th Wednesday Chantal
19th Wednesday Amelie
19th Wednesday Gaby
19th Wednesday Genevieve
19th Wednesday Pascal(e)
19th Wednesday Juju
19th Wednesday Gyna
19th Wednesday Ioyy
19th Wednesday Jasmine
19th Wednesday Celia
19th Wednesday Michele
19th Wednesday Joane
19th Wednesday Norma_lise
19th Wednesday Liliane
19th Wednesday Marie-pier
19th Wednesday Lorraine
19th Wednesday Manuela
19th Wednesday Lucille
19th Wednesday Stella
19th Wednesday Marie-elodie
19th Wednesday Sylvia
19th Wednesday Marie-soleil
19th Wednesday Lucie Sobek Témoignages
19th Wednesday Florenceoise
18th Tuesday Aubeline
18th Tuesday Lou
18th Tuesday Christelle
18th Tuesday Francoise
18th Tuesday Christine
18th Tuesday Stephanie
18th Tuesday Claire roswell
18th Tuesday Helene
18th Tuesday Danae
18th Tuesday Eugenie
18th Tuesday Deedlit
18th Tuesday Delphine
18th Tuesday Sidonie
18th Tuesday Dorianne
18th Tuesday Elodie
18th Tuesday Efbe
18th Tuesday Danielle
18th Tuesday Fiona
18th Tuesday Bianca
18th Tuesday Sandra
18th Tuesday Raymond
18th Tuesday Sonia
18th Tuesday Barbara
18th Tuesday Ava
18th Tuesday Amandine
18th Tuesday Anne k
17th Monday Axelle
17th Monday Valerie
17th Monday Anne-sophie
17th Monday Bastienne
17th Monday Catherine
17th Monday Olivia
17th Monday Cathy
17th Monday Patricia
17th Monday Celanie
17th Monday Manon l
17th Monday Celine b
17th Monday Ophelie
17th Monday Mariko
17th Monday Gwendoline
17th Monday Priscilla
17th Monday Jasmine
17th Monday Lucie Sobek essai d'analyse
16th Sunday Celine
16th Sunday Christelle
16th Sunday Maryse p
16th Sunday Christiane de quebec
16th Sunday Veronique
16th Sunday Josee
16th Sunday Steffy
16th Sunday Lorraine
16th Sunday Fleur
16th Sunday Sandrine
16th Sunday Lucie p
16th Sunday Claire
16th Sunday Manon t
16th Sunday Marilyn
16th Sunday Marc
16th Sunday Patricia d
16th Sunday Michelle
16th Sunday Michelle
16th Sunday Ripley
16th Sunday Sarah
16th Sunday Wendy
16th Sunday Catherine
16th Sunday Beatrice myriam
16th Sunday Melanie chesnemeije
16th Sunday Ladymaud
16th Sunday Carolyne
15th Saturday Christiane
15th Saturday Aline
15th Saturday Christina
15th Saturday Anne sofie
15th Saturday Daphne
15th Saturday Marie-danielle
15th Saturday Alexandre
15th Saturday Camille
15th Saturday Fifi
15th Saturday Carole
15th Saturday Florence
15th Saturday Jocelyne
15th Saturday Florence a
14th Friday Sonia van der helst
14th Friday Danielle
14th Friday Barbara french* Texts noted by the readers with a note > 3/5
Forum visible de tout visiteur, cherchant à en savoir plus sur notre mode de vie et notre association.
Le petit forum des copines, consommé sans modération !
Bonjour, je m'appelle Francine l'élégance car j'aime l'élégance des femmes. J'aime tellement les femmes que j'ai voulu leurs ressembler depuis tout jeune. Comme beaucoup d'entre nous, j'ai chipé les jupes de ma mère puis celles de ma sœur (jupe plissée bien sur).Puis je suis entré dans le monde du travail et ces envies m'ont passé. Puis vers 30 ans j'ai eu de nouveau envie de remettre des jupes. je suis allé sur certains site de rencontre travesti dont je ne citerait pas le nom et je ne me suis pas reconnu du tout. quelle dépravation de la femme. ce n'est pas facile d'etre dans cette situation car je suis pris entre mon désir de me travestir et le fait que je suis un homme (que je ne renie pas d'ailleur). J'espere en venant ici pouvoir parler de ce que chacun ressent. bien être comme mal etre.
inscription ok
bonjour, claire 39 ans débutante en tant que travestie je souhaite rencontrer des copines de la région pour sorties, repas etc à bientôt bizzz
comme beaucoup de copines,je fais exister mon autre moi.pourquoi:je ne sais pas. la seule chose que je peux affirmer c'est que Claudia c'est aussi moi.Cet autre moi me plait bien.
Travesti occasionnel, je profite des absences de ma conjointe pour m'adonner à ma passion. Je le fais en cachette depuis mon adolescence (j'ai débuté avec les fringues de ma mère) Je m'inscris pour échanger avec d'autres personnes dans ma condition
Bonjour, je suis Elodie. Je suis une transgenre. Je sais que je suis différente depuis ma plus tendre enfance. Mais comme la plupart d'entre nous, j'ai tout fait, hélàs, afin de cacher cette différence. Je vis seule. Je fais de mon mieux afin de prendre soin de mon physique, de mon corps, je mesure 1m76 et environ 69kg. J'ai les yeux vert. Il y a quelques années, suite à un désarroi profond, j'ai décidé de m'ouvrir aux autres et de vivre un peu plus pleinement ma féminité. L'expression de celle-ci, le travestissement, n'a rien à voir avec le sexe. J'espère dans l'avenir vivre plus pleinement en femme mais c'est toujours difficile pour moi de le vivre en dehors de l'intimité de mon appartement. Malgré tout, je n’hésite plus à faire mes courses (en garçon) dans les magasins et mes achats par internet sont pratiquement inexistants. J’achète mes perruques en institut, c’est très important d’être bien conseillé dans ce domaine. J’ai passé des moments merveilleux de complicité avec de jeunes femmes très compréhensives et très gentilles. Ne vous en privez pas ! Si ces perruques sont chers, elles sont de qualité et surtout elles sont recoupé pour s’adapter à la forme de votre visage, c’est important ! Je fais de mon mieux afin d’avoir un profil féminin en adéquation avec mon age et qui peut s’inscrire dans un certain quotidien. Juste un peu d’élégance et de sobriété, rien d’exubérant, c’est mon profil. Mais,j’avoue avoir un certain « fétichisme » pour les collants de qualité. Je fais des séances d’épilation à la lumière pulsée et/ou laser afin d’avoir un corps entièrement épilé. Je ne supporte pas les poils. Seul mon visage n’a pas encore subit ce traitement mais j’y pense de plus en plus afin d’avoir un confort plus important lors de mon maquillage. Voilà en quelques mots mon profil. Mais c’est le parcours de beaucoup d’entre nous… Trouver le moyen d’être heureuse et un certain équilibre, c’est ma démarche actuellement. Je souhaite, dans l’avenir, pouvoir exprimer ma féminité en public, sortir simplement… J’aimerais assumer mon statut de transgenre pleinement, sans choquer, dans une grande simplicité. Et surtout, je souhaite avant tout partager cette différence. Je l’a partage déjà avec une partie de ma famille et d’amis proche mais pour l’instant je ne m’imagine pas me présenter en femme auprès de ces proches. Je suis certain qu’ils ne sont pas prêt et je crois que moi non plus… Dans un avenir proche, j’aimerai beaucoup trouver une personne au même profil que moi dans ma région, dans ma ville avec laquelle nous pourrions partager notre différence et nous épanouir. En fait, je cherche d’abord une copine avec laquelle échanger, se rencontrer pour faire les magasins (en garçon ou autrement) et partager notre féminité en toute simplicité. Voilà, c’est à la fois très simple et très compliqué mais j’espère que mes écris trouveront écho… Bises Elodie.
Bonjour, je me présente Fabienne, a maintenant 43a je vie de plus en plus ma féminité qui v'est déclarée très tôt dans mon enfance. Même si tout n'est pas encore parfais et mes sortie restant nocturne, mes envies et ressentie sont plus fort. J'aime la mode, et je recherche des copines dans la région. Bise
bonjour je me présente je m'appel Sonia j'habite Marseille j'aime être femme au point de faire tout ce qu'il est envisageable pour le devenir
Effectivement, ça faisait à peu près depuis mon arrivée qu'elle passait de longues journées avec moi, à développer à la fois ma féminité et notre passion amoureuse, le tout coordonné à la perfection. Alors qu'elle posait le sein gauche, il me vint à l'esprit que, du garçon relativement viril qui était rentré dans ce foyer, il ne restait pas grand chose. Et ça s'était passé si vite ! J'avais accepté toutes les étapes si facilement que ça m'étonnait encore un peu. Mais, pas tant que ça finalement. Si j'avais accepté tout ceci, c'était parce qu'à mesure que cela avançait, mon envie d'être femme grandissait. Se maquiller, coiffer ses cheveux selon ses envies, donner de jolies couleurs à ses ongles, porter des jupes, des robes, de la lingerie douce, fine et variée, tout ceci était une formidable chance qu'avaient les individus de sexe féminin. Et, à ce moment, rien n'aurait pu me dissuader de revenir en arrière. Sophie avait fini de fixer les prothèses, e...
LUCIEN apprécie beaucoup les visites d'Alcina chez BELCUISININOX. Il l'a invitée à dîner. Elle a accepté. .../... EDWIGE a appris l'art délicat d'allumer un cigare. Elle est restée follement amoureuse de Jean. .../... Le DG n'a pas été viré, car ce n'était pas possible. Mais on l'a prié fermement de quitter les lieux, sans espoir de retour. .../... Elles ont monté un numéro assez spécial de dressage d'animaux sauvages. Quelques spectateurs, désignés dans la salle, déshabillés, puis rhabillés de peaux de bêtes, jouent le rôle des animaux à dompter. Ils doivent apprendre à obéir à tous les ordres d'Amélie et de Marie-Pierre. Ces ordres ne sont pas très faciles à exécuter. .../... Danièle aime à prendre le thé, agrémenté d'une conversation de bon ton, dans le salon de son château, en compagnie de nouvelles amies d'amies, et d'initier celles-ci à cet art délicat et élégant où elle excelle. .../... Le final du numéro est extraordinaire. Il s'a...
Il y avait très peu d'hommes qui exerçaient ce métier. Je n'en avais jamais vu avant que Pierre ne pénètre un beau matin dans mon magasin. On ne pouvait pas dire qu'il était timide, ni maladroit. Non ce n'était pas ça. Il était un peu rigide, un peu timoré, comme s'il se contrôlait sans cesse, comme si tout ce qu'il faisait ou disait devait d'abord passer par un système de contrôle interne. Il était lent et manquait de souplesse. .../... J'avais toujours en réserve, au frais, quelques bouteilles de champagne. Ma première commande auprès de Marie-Pierre était une excellente occasion de les boire. .../... Certains de ces messieurs osaient employer la cabine d'essayage. L'un m'expliquait qu'il désirait profiter d'un endroit discret pour examiner à l'aise le modèle destiné à sa sœur, sans courir le risque d'être aperçu par une connaissance quelconque qui se poserait des questions inutiles sur sa présence dans mon magasin. Je lui donnais raison et lui indiquait...
Un jour, nous nous sommes croisés dans un couloir. J'étais avec trois collègues. Elle nous a lancé un regard furtif. Elle lançait son regard comme le fait le pêcheur qui lance son filet en bord de mer, sans savoir s'il y a du poisson, sans savoir s'il a une chance de ramener quelque chose. L'espace d'un instant j'ai croisé son regard. L'instant suivant, elle nous avait croisés et était derrière nous. Je savais à partir de cet instant qu'il y avait beaucoup de force et de douceur, bien cachés en elle. Je jetai un bref coup d'œil vers mes collègues. Ils continuaient à marcher comme si de rien n'était. Il n'y avait que moi qui savais, il n'y avait que moi dans le filet. .../... Avant de remballer mes nouveaux jouets, avant de mettre Mireille en boite, elle prit les mesures de Mireille. .../... Par périodes, il fallait que je sois seul, que je puisse me laisser aller, que je laisse aller mon imagination, que j'aille dans mon pays de fantaisie. .../... Je perdais peu à...
Dans ce but, elle avait demandé à chacune de ses amies d'examiner leurs portefeuilles d'actions respectifs. Elle fit le compte et vit que notre groupe d'actionnaire détenait 53 % des actions de la société "BELCUISININOX". C'était une courte majorité, mais c'était jouable. Je lui fis remarquer que moi-même, en tant qu'employé de la société, je détenais quelques actions. Je pensais aussi que Luc et Marcel en détenaient quelques-unes. De plus je connaissais pas mal d'employés actionnaires qui pourraient bien rejoindre notre groupe. .../... Ce jour était venu. Luc était devant moi, il avait besoin de moi. J'occupais un des bureaux du local des informaticiens, près du local des ordinateurs. Ce n'était pas très discret. Je lui fis signe de me suivre. Une des petites salles de réunion était libre. Je fermai soigneusement la porte derrière nous et activai le signal "NE PAS DERANGER". Je m'assis confortablement et écoutai Luc. .../... L'ensemble du personnel était in...
Il y avait beaucoup de papiers militaires, des rapports, des notes, des dossiers individuels. Ils étaient datés des années 1915 à 18. Ils concernaient tous de près ou de loin la médecine militaire. Un seul dossier était récent. Il contenait des notes manuscrites écrites par le colonel lui-même. Sur le dossier il avait écrit de sa belle écriture : "A mes amies". Il y détaillait ses souvenirs marquants de la première guerre mondiale. .../... La méthode était bonne. La thérapie fonctionnait. Je l'améliorais régulièrement grâce à mes observations, mon esprit analytique et mes déductions judicieuses. J'écoutais aussi mes deux collaboratrices, ainsi que les malades en convalescence. Je tenais le colonel au courant en lui faisant rapport à l'hôpital. Généralement, le capitaine Théophile, intéressé par la nouveauté du traitement, tenait à être présent. Un jour le colonel me dit son intention de venir inspecter mon dispensaire. Le capitaine voulut l'accompag...
Lorsque je me suis réveillé, Danièle était là. Elle me regardait en souriant. J'ai essayé de sourire mais il y avait trop de pansements tout autour de ma tête. Je lui souris des yeux. J'étais aussi très enserré dans la région de l'abdomen. Ma nouvelle poitrine m'impressionnait et était très belle à regarder. Je n'avais pas mal. Danièle me dit tout doucement, en parlant lentement, qu'elle avait vu le docteur F. Tout s'était très bien passé. Elle appela l'infirmière. Celle ci me regarda attentivement en hochant approbativement la tête. Elle examina le moniteur placé à côté de moi et me prodigua quelques paroles encourageantes. Elle me demanda si j'avais mal. Je fis signe que non. Ma main droite étant bandée, elle plaça à portée de ma main gauche le bouton d'appel ainsi que le bouton de commande de la pompe à analgésique. Elle m'en expliqua le fonctionnement : lorsque la douleur deviendrait trop forte, j'aurais à appuyer sur l'interrupteur pour commander un...
Pendant l'après midi, elle m'observa beaucoup et cette observation n'était pas du tout intimidante. Au contraire, je l'ai trouvée plutôt chaleureuse et encourageante. Au moment du départ, elle se mit à l'écart du groupe et parla quelques instants avec Geneviève. J'avais fort à faire, ayant à présenter tous les manteaux et accessoires, dans le bon ordre, à ces dames. Je jetai un regard rapide à Geneviève et mon intuition me suggéra qu'elles parlaient d'une chose importante me concernant. .../... C'était une belle journée de printemps. Les invités traversaient le parc, superbe à cette époque, et arrivaient au pied de l'escalier d'honneur ou les attendait Gérard revêtu de son uniforme de garde chasse. Il accueillait en saluant chaque invité. J'attendais au haut de l'escalier, souhaitait la bienvenue et conduisait les invités à l'intérieur. Emilie les débarrassait de leurs manteaux et accessoires. Ensuite je les faisais passer au grand salon, auprès de madame ...
Ce jour là, nous avons voulu visiter la partie Nord-Ouest de l'île. Comme d'habitude, je conduisais et Madeleine, aidée par une carte de l'île et par les notes de Nathalie, m'indiquait la route. A un moment, du coté de '' Las Portelas'', elle eut des difficultés. J'arrêtai notre véhicule et j'attendis patiemment en regardant le paysage. .../... " Par contre, lorsque vous avez enfilé ma veste bleue, je vous ai trouvé élégant. Elle vous allait très bien. Vous la portiez bien. " .../... Je me taisais, songeur. Elle avait raison, je m'habillais mal, avec outrance. Cela faisait partie de mon système de défense. Puis, elle continua : .../... Un peu plus tard, nous sommes allés boire un verre dans un petit bar, dans un village tranquillement endormi au soleil. Je pris un coca. Machinalement, je m'amusais à tapoter le verre avec mon ongle pour décrocher les petites bulles de gaz accrochées à la paroi. Madeleine regardait fixement le verre, se taisant. Je sentis qu'il y a...
Elle acquiesça. J'emportai le bouquet à la cuisine. Françoise me fit signe de son pouce levé pour me féliciter. A deux, nous avons placé le bouquet dans un vase que j'apportai ensuite au salon. Je le plaçai sur la table basse, en face d'Amélie. Après m'être assuré que la clochette était à portée de main d'Amélie, je quittai le salon, les laissant seuls. Je rejoignis Françoise à la cuisine, laissant la porte de communication entrouverte. Nous pouvions ainsi les entendre de loin et deviner au ton employé l'évolution de leur rencontre. Françoise, en me versant du thé me félicita. Elle était contente de moi, de ma tenue, de ma présentation et de l'accomplissement parfait de mon rôle de femme de chambre. .../... La marquise, revenue de sa cure, s'occupait maintenant de tous ses papiers, de toutes ses affaires aussi bien que sa gouvernante, que sa pauvre Simone, disparue bien trop tôt. .../... Je fis mes achats, bien à mon aise, car j'y prenais plaisir. Je passai...
Comme je n'avais pas encore l'habitude d'évoluer en jeune fille en public, nous avions pris soin avec Georges de m'entraîner quelque peu pendant le week-end. Quelques promenades, d'abord presque seul et puis dans la foule du centre ville le samedi, m'avaient enhardi. Je savais que Georges me suivait à quelque distance, prêt à intervenir. Par après, j'ai plusieurs fois fais semblant d'avoir perdu mon chemin et j'ai demandé celui-ci à des passants. Tout allait bien, je passais bien. .../... A l'époque, Georges et moi étions étudiants. Nous habitions dans le même immeuble. Nos deux chambres d'étudiant étaient voisines. Comme nous n'avions pas beaucoup d'argent et que nous aimions à en dépenser pour nos sorties, nous étions à la recherche de petits travaux. Nous offrions nos services de bricoleurs adroits et débrouillards autour de nous. Nous nous complétions bien. Georges était grand et fort, il s'occupait des travaux lourds. Moi, plus frêle, je prenais en charge le...
Elle me désigna dans le fond de l'armoire quelques boites en carton. Dans les boites, je trouvai des corsets anglais soigneusement emballés dans du papier léger. .../... "Ton système actuel est un très bon système. Il présente beaucoup d'avantages. Mais lorsque l'on veut impressionner son entourage et se faire plaisir en portant un vêtement au décolleté profond, il faut améliorer le système ou en changer. Je vais te préparer le matériel que j'employais avant ma petite opération, qui est du meilleur effet, tu as pu en juger. Tu as assez de peau élastique pour que je puisse procéder à un plissage artificiel qui fera un bel effet. Je te prête le corset que tu as essayé la tantôt, emploie le régulièrement, essaye de gagner quelques centimètres." Me dit-elle, tandis qu'en quelques gestes élégants, elle ragrafait son soutien gorge et ajustait son corsage. .../... Dans la première chambre se trouvaient, en plus du grand lit, deux grandes armoires, une coiffeuse e...
Le retour fut très agréable. Le soleil était là, je me voyais dans les reflets des vitrines. Suzanne se plaisait bien dehors. Je choisis de rentrer par le parc. Je m'amusai à secouer légèrement mon poignet droit à chaque pas afin de faire tinter mes bracelets, petit plaisir nouveau que je ne me permettais pas dans ma cuisine. .../... " Je crois qu'il est temps que je te parle. Tutoyons-nous, veux-tu ? Et appelle-moi Geneviève, ce sera plus agréable, n'est ce pas, Suzanne ? " Dit-elle en souriant avec sympathie et détachant bien les syllabes de mon prénom. .../... " Et si on essayait une taille au-dessus ? " Geneviève lui lança un " Georges, voyons ! " plein de tendresse et d'affection, comme le ferait une gentille grande sœur à son petit frère préféré qui viendrait de tenter de soulever sa jupe. Georges avait l'air d'un petit garçon surpris en flagrant délit de chapardage de confiture. .../... Le garçon livreur aimait, lui aussi, mon uniforme. Il ne réussit ...
Nous avions pris un drap pour faire les photos afin que Christine ne se salisse pas trop. Elle me demanda de prendre son gilet pendant les photos, ce qui n'était pas facile car c'était un long gilet en laine angora de couleur noir.(et donc très salissant). .../... Elle me mit de la crème sur les mains et elle me mit sur les ongles ce qu'au départ je pensais être du vernis mais qui en réalité était de la colle pour poser des faux ongles qu'elle vernirait par la suite. .../... Puis elle se dirigea vers son armoire et pris un pull angora, me le tendit. .../... Je me leva de ma chaise, et faillit tomber avec la hauteur de mes nouvelles chaussures. .../... Elle me prit par la main et me fit retourner dans la salle de bain. Puis elle m'arrêta devant la porte de celle-ci. Elle demande de me tourner car elle ne voulait toujours pas que je vois. Elle me fit rentrer en arrière dans la pièce et elle prit différents produits de maquillage ( fond de teint, mascara, fard à pau...
Ce jour là était donc le jour J. Je commençai par passer plus de trois heures entre les mains de Nicole, l’esthéticienne qui s’était déjà beaucoup occupée de moi depuis quelques mois. Elle en profita pour me donner des tas de conseils. Comment poser des faux cils, quelle base choisir avant le fond de teint, etc... Sous ses doigts magiques, mon visage fut complètement transformé, au point que je ne me reconnaissais plus du tout. Quand tout fut fini et que je pu enfin me contempler tranquillement dans la glace, j’en eu le souffle coupé. Sans en être vraiment certain, je me dis que du point de vue de Sébastien, c’était véritablement une femme magnifique que je voyais dans cette glace. Je dois reconnaitre que j’étais subjugué par cette fille que j’étais devenu. Il me serait dorénavant impossible de m’affranchir de cette sensation nouvelle et enivrante à chaque fois que je me verrai dans une glace. .../... Après ma séance de coiffure, Madame vint me che...
Elle remit du produit, tourna chaque perle, et resserra l’attache sur chaque tige. Maintenant je les sentais bien, un peu comme deux petites pinces. .../... « Après tout, tu dois t’habiller toute seule, je t’apprendrai à marier les couleurs et je te dirai quoi va avec quoi. Ici, ce sont les chaussures, certaines sont pour la maison. Pour aller dans le jardin, tu mettras ces espadrilles mauves, et pour la ville tu as le choix, des petites bottes pour la pluie, des chaussures blanches à lanières. Je t'apprendrai à les mettre, mais demain nous ferons du shopping, nous achèterons à tes goûts. Là, ce sont quelques bijoux sans importance, ne touche pas aux boucles d’oreilles pour l’instant, nous en achèterons plus tard si tu veux ? » .../... Je sautais de ma chaise ravie de faire marcher Sylvie au grand air. Elle me prie le bras comme pour une promenade romantique. Je tentai une question. .../... Ça me tendait un peu au niveau des épaules, mais quel plaisir de sent...
"Regardes bien, je te montre pour ne pas que tu déchires la robe. Mets les bras en l'air comme pour un hold-up " .../... Elle le referma derrière moi d'un geste élégant. Son contact était doux et froid sur ma peau. .../... A la tombé de la nuit, la 404 arrivait dans les nids poules de la départementale. Trois grenouilles plus tard, nous longions le mur de la grande maison. Rose le jour, la nuit, elle était aussi grise que la lune. Je sortis ouvrir la grille ouvragée. Malgré la pluie les deux battants ne firent aucun bruits comme s'ils étaient montés sur roulement à bille. La 404 fit deux coups de Klaxon à deux tons, les roues cliquetaient doucement sur les cailloux blancs. .../... Tante Yvonne attendait dans l'encorbellement de la grand porte. Une silhouette élancée, un grand manteau marron, elle avait gardé ses pantoufles à pompon blanc. Elle avait de longs cheveux blonds en arrières que laissaient montrer une perle à chaque oreille. .../... "Non, dans deux s...
Depuis bien des années je rêvais secrètement d’être servante, non pas être la bonne seulement en privé, mais pour une réception, où je devrais obéir à la maîtresse de maison. C’est maintenant chose faite. La sœur de ma femme nous avait invités à passer le réveillon de la Saint Silvestre chez eux en compagnie d’un autre couple et d’une de leurs amies. Dans l’après-midi, ma femme me demanda quels vêtements elle devait me préparer pour la soirée, je lui répondis spontanément «ma petite robe noire et mes dentelles !!!». Je m’attendais à un refus catégorique de sa part, et bien au contraire, à mon grand étonnement, elle me lança «chiche !». Devant cet accord tacite et avant qu’elle ne revienne sur sa décision, je me suis empressé(e) d’aller les chercher dans la garde-robe. Après avoir pris un long bain et m’être épilée, je commençais ma métamorphose. Quand j’enfilais mes dentelles, quand je chaussais mes hauts talons, tout mon corps ...
maquillée, perruquée, vetue chic et perchée sur de hauts talons elle revela "claudia". .../... ma mere m'elevant seule et travaillant tard le soir je passai mes mercredi seule , vetue en fille... .../... a TOURS ,grace a une annonce paru je fit la connaissance de "céline" un travesti, avec qui je me liai d'amitié et qui ecouta mes souffrances. .../... je suis né(e) en 1972,ma mere , etrange presentiment me baptisa claude, mais j'ai optée pour celui de claudia que je trouve plus feminin... .../... puis en 1995, report d'incorporation oblige ce fut l'armée....et le declic. .../... claudiafranceclaudiafrance (publié: 16-12-2005, 17:48 ) .../... un soir chez elle elle m'accueillie et entrepris de me transformé pour quelques heures... .../... plus tard a 16 ans vint l'apprentissage et les premiers salaires qui me permettai d'acheté quelques sous vetements feminins ...je me rappellerai toujours de la crainte ressentie lorsque je me presentai a la caisse du magasin carrefour...
Ma première émotion forte, je devais avoir cinq ans, remonte à un rallye automobile, une de ces fêtes organisées annuellement par le comité d’entreprise de mon père, dont on ne sait jamais vraiment si elle consiste à célébrer joyeusement entre collègues l’arrivée de l’été ou à fédérer les énergies, l’esprit de corps en vue d’optimiser la réalisation de futurs objectifs commerciaux. Probablement les deux … .../... A l’adolescence, certains crétins dans la force de « l’âge bête » ont même essayé de me martyriser pour me faire sans doute payer le prix expiatoire de leur ébullition hormonale ou d’être meilleur qu’eux au football. .../... Il lui arrive encore, alors que je suis marié et père de famille, accompli dans ma vie d’homme, de m’appeler par moments par des petits noms à consonance féminine qui me font radicalement hérisser le poil (ma chérie, etc…) .../... Avant cet épisode, je m’étais déjà constitué une cabane c...
ma petite histoire est une grande histoire d'amour. Pour les copines avec lesquelles j ai déjà discuté vous savez que je ne sis pas travestie car la nature m'a faite femme. Mais voilà je suis éperdumment amoureuse d'un homme qui aime s'habiller en femme : Flor .../... Si aujourd'hui j ai envie d'envoyer ce petit témoignage c'est pour vous dire à toutes qu'il existe des femmes capables de comprendre, de ne pas porter un autre regard sur vous que celui de l'amour et que je pense, très sincèrement, que lorsqu'on aime vraiment, c'est un être que l'on aime et non une apparence ou un vêtement. .../... Lorsque Flor m'a fait part de ce besoin de s'habiller en femme cela n'a rien changé pour moi, je ne m'en suis pas sentie moins femme ! Bien au contraire, j ai pris cela comme un acte très courageux et surtout comme une immense preuve d'amour, car qu'y a t'il de plus beau que de se donner tout entier à l'autre dans sa vérité la plus intime et parfois la plus douloureuse. .../...
Cela fait la 2ème fois; il y a quelque temps, dans une autre ville, d'autre gamins du même âge avaient eu à peu près la même réaction. .../... Et c'est à la sortie que ça se gâte; ais-je eu le tort de passer et de repasser dans ce square devant les mêmes personnes; toujours est-il que d'un coup 3 ou 4 gamins (10-12 ans) ont semblé me repérer et là, dans mon dos, j'ai entendu "hep Monsieur", bien sûr je ne me retourne pas; puis j'entends que l'un a jeté un caillou sans chercher à m'atteindre pour me faire retourner; je continue et finalement l'un deux me rattrape, m'aborde "vous avez l'heure Madame ?"; je luis réponds "non" et là, le gamin me sort "vous êtes très jolie Madame" sur un ton dont je ne sais pas s'il était moqueur (sans doute) ou élogieux. ils sont partis, j'ai continué ma ballade sans les revoir. incident clos. .../... josettejosette (publié: 19-01-2006, 12:49 ) .../... Je me rassure en me disant que je ne suis certainement pas la première ni l...
Le comité des fêtes organisait cette soirée et comme avec une bande d'amis nous allions systématiquement à toutes celles organisées par les différentes associations, nous n'avons pas décliné celle-là, malgré les réticences de beaucoup. .../... josettejosette (publié: 28-01-2006, 10:41 ) .../... Ce qui est certain c'est que l'une d'elles, que nous ne connaissions pas particulièrement m'a draguée avec insistance, demandant mon "copain" (ma femme) la permissions de danser avec moi. Il faut dire, pour être honnête qu'il ne semblait pas être "très net". N'empèche j'étais assez réjouie. .../... sinon la soirée s'est passée très agréablement; même si, pour nos amis, il s'agissait d'abord d'un jeu et même d'un concours puisqu'il y avait un classement des couples les mieux costumés; nous n'avons eu que le 2 ou 3ème prix, un peu déçus, mais pour moi c'était autre chose qu'un jeu c'était l'occasion rêvée de réaliser un fantasme. .../... Il n'y a pas eu d'a...
C’était pendant une période de vacances, je faisais fonctionn dans une agence bancaire, de second d’agence. Ma chef, donc, directrice de l’agence était partie en vacances ; je la remplaçais et pour bien assumer ma tâche je faisais des heures supplémentaires après la fermeture de l’agence. Elle était mariée et habitait un logement de fonction au-dessus de l’agence et elle m’avait confié les clés de son appartement. .../... Je ne sais plus sous quelle pulsion, je suis montée et suis rentrée chez elle, étant seule bien sûr dans les locaux fermés dont j’étais maintenant seule à avoir les clés. Ma chef était sensiblement de ma taille et était, bien qu’assez sportive, toujours élégamment habillée. .../... josettejosette (publié: 01-02-2006, 4:07 ) .../... Depuis, j’ai ce qui faut à la maison et il y a bien longtemps que je porte un collant sous mon pantalon de mec (même au bureau) ; mais là je pense que nous sommes nombreuses. .../... Je conn...
Je suis fille dans la tete depuis l'enfance, cela ne m'a pas empeche de connaitre l'amour avec Monique qui est devenue mon epouse.Quelques annees apres le mariage , alors que je vivais ma vie de fille en cachette comme beaucoup d'entres nous,Monique est tombee sur l'emballage d'une paire de bas que j'avais du oublie dans un placard.Question de Monique ou plutot affirmation " tu as une maitresse et elle n'est pas intelligente de se changer a la maison ".De toute facon j'etais devant un mur soit je l'a laisse penser cela ou je lui reveler la verite mais je pensais que le resultat aurait ete du meme la separation.Je lui ai donc revele mon cote feminin et apres des heures de discusions sur le sujet , et que cela ne remettait pas en cause l'amour que j'avais pour elle , elle est devenue ma plus grande complice et cela dura plus de 40 ans.Voila et cela a cause de l'emballage d'une paire de bas , il est parfois utile de savoir utiliser les signes du destin car je pense que rien dans la vie es...
J'étais en plein Sn quand mes parents ont déménagé de Strasbourg vers un petit patelin nommé Bouillargues à une dizaine de km de Nimes ... Chose idiote, n'ayant aucune resources à la fin du service, je n'ai eu d'autre choix que de les suivre ... Là tout se passait bien et Chrystel n'étais toujours pas là ... Sauf quand j'ai eu mon premier accès internet quelques mois apres le déménagement ... .../... Ma curiosité grandissante, je ne pu refreiner l'envie d'en découvrir plus sur cet aspect de l'être ... .../... Le reste de mon adolescence s'est passé "sans encombres" ... Si je puis dire ... .../... Ce petit jeu dura environs 2 ans puis ce fut le calme plat, l'idée de me travestir s'était évanouie ... .../... C'est devenu maladif, dès que l'occasion se présentait, je sautais sur ce tiroir en espérant y trouver une nouveauté . .../... PS : Cette histoire est un résumé de ma vie, j'y ai zappé quelques passages qui ne regardent personne, mais ele est la strict...
Malgré la présence (plutôt hostile) de mon fils à la maison, je me prépare au maximum, met mes affaires dans des sacs et je pars en voiture, direction la ville voisine. Je vais dans un centre commercial que nous ne fréquentons pas régulièrement, donc moins de risque de croiser beaucoup de connaissances, mais tout de même, je connais beaucoup de personnes dans cette ville où j’ai travaillé 12 ans et où nous avons beaucoup d’amis. .../... Alors, elle m’installe au bout d’une gondole où sont présentés les produits et commence à me mettre le mascara et le fard à paupières puis le crayon sur les sourcils ; elle commente ses gestes et me conseille les différents tons à utiliser ; je suis aux anges ; le compagnon d’une cliente me regarde avec insistance puis ils s’en vont sans commentaires ; parmi les autres clientes, il me semble reconnaître mon ancienne voisine, elle évolue dans un autre coin de la boutique et ne me croise pas de près. .../... Il est bi...
Dans les années 70 cela ne posait pas trop de problème et je me fis embaucher dans une grande société d'automobiles comme collaborateur commercial. C'est alors habitant un petit meublé à Paris que je retrouvais une copine d'enfance étudiante, dont je fis la conquête et nous nous mariâmes. .../... Ce fut une nouvelle phase, nous allions toutes deux dans les grandes surfaces acheter les dessous, les robes, chemisiers jupes, que nous choisissions ensemble. Pour le reste perruques et prothèses mammaires par correspondance à Quelle ou à la Redoute nous choisissions ensemble ce qui pouvait le mieux me convenir. .../... A 20 ans et 24 ans, nos enfants nous ont quittées pour se marier et je pus ainsi vivre toute la journée en femme. .../... Nous avions loué un petit appartement dans le 20° à Paris. Et là tous les efforts que j'avais fait pour intégrer une peau d'homme s'avérèrent inutiles. Les quelques fois où j'étais seule, je m'empressais de me maquiller, de mettre...
Et je ressens des choses bizarres, le besoin de me sentir serré ou étreint par quelque chose, de recouvrir mon corps d’agréables matières... Autre grenier, autre découverte, je tombe sur une pièce de tissu abandonnée : Tergal blanc, genre voile de rideaux, avec une embase froncée en haut et en bas par un ruban élastique. Cela formait comme un tunnel et avait dû servir à recouvrir un abat-jour. Son aspect frou-frou m’attire... Je l’enfile prestement. A la taille, j’obtenais une sorte de culotte bouffante que je complétais d’une simple serviette éponge entre les jambes. A la poitrine, toujours avec le même objet, je pouvais simuler un soutien-gorge que je remplissais tant bien que mal d’autres chiffons. C’est le cas de le dire, je n’avais rien à me mettre, et l’exploration de l’armoire de ma mère me paraissait interdite. Découvrant avec ce petit jeu un véritable bien-être, je m’interroge quand même sur mon comportement, mais je ne pousse pas bie...
C’est l’un de mes souhaits, réalisé par « une bonne génie », que je vais vous contez dans ce récit. .../... Enfin un vendredi matin de bonne heure je me lève et je me rase comme d’habitude... Seule à la maison, comme une égoïste, je me fais belle. Une foi maquillée, je pose mon déshabillé de soie pour enfiler mes dessous. Un premier ensemble Lou bleu marine une paire de bas jarretières quinze deniers couleur chair et j’ouvre mon armoire. .../... Quelques jours plus tard, le facteur sonne à ma porte pour me faire réceptionner un très gros colis. Mon cœur bat fort et ma fébrilité à le recevoir est à la limite de l’incident cardiaque ! .../... Florence se déchausse adossée à un mur. Escarpin en main le problème technique est vite identifié, le talon aiguille a perdu sa talonnette, seul reste le fer de l’armature. Pas d’autre solution que de rentrer en l’état clopin-clopant avec au derrière un bruit de casserole. Question sortie discrète c...
De ce jour là, je m’efforçais de séduire, parce que je pensais qu’il le fallait. Mais j’aurais mieux fait de faire du jardinage, accumulant les râteaux. Jusqu’au jour… .../... Ma vie a toujours été marquée par les trains, tout bébé ils passaient devant ma fenêtre vibrant si fort que je m’imaginais qu’ils allaient passer à travers ma fenêtre. Les amis de mes parents tenaient un passage à niveau sur la ligne Tanger-Fez, encore une occasion de les voir passer de près. .../... Je n’étais consciente de rien, douce rêveuse déjà, souvent mise à l’écart par les autres garçons. Au cas ou je l’oubliais, le dicton « on a toujours besoin d’un plus petit que soi pour lui casser la gueule» entrait en application. Je ne jouais pas non plus avec les filles qui me rejetaient tandis que leurs jeux me plaisaient. Alors seule souvent, j’ai grandi en regardant passer les nuages, en rêvant –déjà- qu’un grand train m’emporterait loin… .../... Un j...
Mon amie étant grande je pouvais sans peine mettre ses affaires, souliers, dessous, etc. .../... Arrivée en bas, j’étais exténuée, mais soulagée d’être dehors à l’air. Je me dirigeais généralement vers la rue piétonne, assez désertée à ces heures, et lorsque je croisais quelqu’un je m’arrêtais pour faire semblant de regarder une vitrine, j’observais dans la vitre le comportement des gens que je croisais mais rares étaient ceux qui remarquaient quelque chose. Une fois un couple que je ne pus éviter de croiser, ce fut la femme qui murmura quelques mots à l’oreille de son compagnon qui se retourna pour m’observer. Une autre fois un homme m’accosta pour me demander son chemin, je bafouillais lamentablement, rouge de honte, j’aurai voulu être une fourmi pour disparaître,… mais lui imperturbable me dit qu’il venait de San Francisco et qu’il avait l’habitude de voir des travesties. Je lui donnais son renseignement mais il m’invita à venir b...
Muriel 21 SallesMuriel 21 Salles (publié: 22-02-2007, 0:51 ) .../... Puis ce fut les années collège et lycée, ces années devinrent pour moi les plus terribles. .../... J'en ai profité pour passer 2 mois seul dans la maison de campagne de mes parents, j'ai pu vivre tout ce temps en femme, c'était formidable. .../... La suite peut être plus tard.(maintenant cela va un peu mieux) .../... C'est à cette époque, que j'ai connu MICHELE, celle avec laquelle mon coeur n'a fait qu'un avec le sien. L'amour m’a fait oublier pour quelques temps les vêtements féminins. Je ne pensais qu'à elle, la aussi j'allais en vélo mais c'était elle qui était en robe, il y en avait une où elle était adorable, bleu clair avec des petite fleurs blanches. .../... Quand j'étais seul à la maison, je faisais un petit jeu qui consistait à compter pendant 10 ou 15 minutes le nombre de filles "en jupe ou robe "qui passaient dans la rue, et cela me donnait le nombre de vêtements fém...
Les vacances finies, je suis repartie en pension fini les frous-frous et revoilà les blouses. Ma cousine est partie à Paris. Aussi je me retrouvais à nouveau très isolée. Parfois quand je revenais chez ses parents pour quelques jours, j'allais voir dans sa penderie pour pouvoir remettre des jupes qu'elle avait laissées. Mais elles n'étaient plus là. .../... A l'âge de 17 ans, en 1970, j'étais en terminale, toujours en pension chez les curés mais j'ai reçu une invitation de ma cousine pour venir à Paris lors des congés de Pâques. Arrivée à Austerlitz, je vois ma cousine qui m'attendait sur le quai. Je me souviens qu'elle avait un manteau assez long et dessous un short très moulant avec des collants. Super et c'était la mode à l'époque. J'étais fou amoureux et je n'avais plus 10 ans. Mais j'ai jamais osé la toucher. Arrivée dans son studio je me suis blottie contre elle et là j'ai complètement craqué. Entre 2 sanglots je lui dit que je l'enviais, que j'en avai...
Il faut y passer trois fois pour une amplitude d’une dizaine d’heures grand maximum ! .../... J’ai pris grand soin à choisir ma tenue de voyage, une tenue sage, pantalon de femme féminin mais sobre, escarpins à bouts ronds, talons pas trop hauts, chemisier sage et veste sobre. Non je n’étais pas en grand-mère ! .../... femme, pour la deuxième fois que nous nous rencontrons ainsi, mais elle me connait en garçon depuis près de dix ans, et avait ressenti ma féminité bien avant que je lui révèle l’existence d’Emma… .../... Après avoir essayé tous les systèmes à lames multiples, j’ai du faire le constat, ma peau .../... Depuis quelques mois, j’ai reporté, décalé les sorties prévues avec certaines copines lointaines pour différents motifs, éloignés d’une appréhension de sortir en fille. .../... Maintenant elle ne veut plus sortir qu'avec Emma tellement plus belle qu’elle, dont elle est tombée amoureuse ;-)) Moi je sais bien que je ne suis ...
arthemisearthemise (publié: 25-05-2009, 23:36 ) .../... Ce livre racontait l’histoire d’un noble chevalier espagnol qui s’était forgé une image de sauveur de nobles dames. Notons qu’il était marié, comme il se doit. Cette image de sauveur invincible était symbolisé par une armure qui protégeait tout son corps, mais dans laquelle il était emprisonné et ceci toujours plus, à tel point qu’à un certain moment, non seulement il ne pouvait plus retirer son casque, mais il ne pouvait ouvrir la partie qui recouvre le visage pour se nourrir. Son épouse devait le nourrir par les fentes au moyen d’une paille. .../... Je lis 3 pages de la fin du livre de Marie-France puis essaie de me rendormir… mais pas moyen. Toujours ces questions : qui suis-je ? Où vais-je ? Pourquoi la nature m’a telle affublée de ce corps d’homme dans lequel la femme qui est en moi est emprisonnée, pourquoi je n’accepte pas mon sexe mâle ? .../... Ce matin, l’évidence m’a éclat...
J’avais déjà tout les accessoires, perruques, vêtements et même une paire de lunettes, j’ai donc pris rendez vous dans un salon de beauté de Bruxelles qui était connu dans le milieu transgenre pour sa largeur d’esprit, et j’ai annonce la couleur a la commerçante en lui demandant de me faire maquiller a l’occasion de cette manifestation populaire, visage et traitement des ongles… .../... Quand je fut enfin libérée du fauteuil de maquillage, ce fut au tour de la manucure qui me posa les ongles et le vernis… .../... Je développais sans doute une paranoïa passagère due au projet envisagé… Enfin, bref, tout s’est bien passe, ou du moins c’est ainsi que je l’ai perçue et en quelques tours de roue, je rejoins le salon a peu près ½ heure avant le départ de la procession de la lesbian gay pride… .../... Les jours qui précédaient, j’ai fait l’emplette de quelques bijoux de fantaisie et j’ai annonce mon projet a un(e) ami(e) F2M en l’invit...
J’en étais à déballer la boîte du Meccano, assis part terre devant le sapin, quand je vis que mes deux sœurs cadettes avaient eu à leur tour un magnifique jupon. Le style pour chacune était un peu différent mais tous deux avaient le même gonflant. Elles l’avaient immédiatement enfilé par dessus leur robe et se sont mises à faire des pas de danse dans toute la pièce, jusqu’à venir me faire virevolter leur jupon sous mon nez, comme pour me narguer. J’en étais malade de convoitise d’être à leur place et surtout l’envie de balancer mon Meccano par la fenêtre. Je me consolai en me disant aussitôt, que de toute façon je ne tarderai pas à les essayer leurs jupons. Ce fut chose faite dès le lendemain. Je m’étais couché avant tout le monde pour avoir mon temps de sommeil nécessaire à mon âge, et donc levé avant tout le monde. Tous les cadeaux étaient restés là, y compris un jupon. L’envie était trop forte. J’enfilai en toute hâte le jupon et m...
Comme deux copines, nous nous sommes mises à parler chiffons, il se trouve que nous avons les mêmes goûts pour la lingerie en dentelles et les tenues un peu sexy, sans être trop provocantes ni connotées fétiche. Elle me complimente encore sur ma manière d’être, empreinte d’une féminité simple et naturelle. D’un seul coup nous nous apercevons que nous avons passés deux heures. ensembles sans s’ennuyer entre copines. Mais Michelle a une famille et doit rentrer. .../... j’appréhendais ce moment ou après quelques échanges sur le net j’allais la rencontrer. Nous nous étions données rendez-vous chez moi, à l’heure du thé. Toute l’après midi j’étais excitée comme une puce, tellement envie d’être la plus belle, la plus féminine. Je crois que j’ai bien mis deux heures à me préparer. Bain, crème hydratante, maquillage, vernis à ongles. Puis l’interminable séance d’essayage devant la glace. Tout d’abord les dessous, et d’essayer plusieu...
Merci maintenant à mes proche qui m'offre une prison doré dans ma propre maison: plus de chambre commune même a l'hôtel du cul tourné , mais une chambre en sous pente et interdiction de voire nos amis à la maison ou de sortir en Femme même en toute discrétion. Je suis un étranger qui gène plus qu'autres choses . .../... Pardon a ceux que je pourrait choquer, mais c'est la vérité ! .../... malincamalinca (publié: 28-06-2009, 2:48 ) .../... Samedi 28/02 retour à la maison après 3 semaines d'hospitalisation super heureux de retrouver les miens... ? .../... Malheureusement je n'ai pas eu mon mot à dire, d'autant que ma famille proche et ma mère étais tés stricte et super Catholique intégriste pur et dure je n'avais plus de père et donc je devais soutenir ma mère et ma sœur cadette je devais être l'homme de la maison ) plus tous les tabous. et les quand dira ton, ce qui ce répète aujourd'hui d'une autre manière mais cela ne vaut pas mieux......? .../... ou il ...
Lors de mes sorties, quand je déambule dans la rue, en attendant les rendez vous des copines, il m'arrive à chaque fois d'être interpellée par des passantes (plutôt jeunes, mais aussi assez âgées) rarement des hommes....tiens !... pour me demander des renseignements ( une rue, un métro ). Peut être que je fais parisienne délurée, peut être pour voir cette bête curieuse de plus prêt, peut être tout simplement que l'on me considère comme une passante normale, ce qui serait pour moi l'ultime récompense. .../... Merci beaucoup madame ! heureusement que je vous ais rencontrée sinon je ne sais pas si j'aurais trouvée aussi facilement. .../... Pour ma part je me suis convaincue que ma féminité à des limites et que si je parviens à dégager un petit charme, une silhouette, une personnalité proche de la féminité, cela suffit à m'accepter et me procurer l'assurance pour déambuler et me mélanger à la population citadine. .../... Comme toutes ici, j'ai tremblé da...
Vers l'âge de 18 ans, je suis parti à l'école un peu plus éloignée de la maison, et j'ai du avoir une chambre d'étudiant dans la ville où se trouvait mon école, quelle joie, je pouvais faire ce que je voulais ! J'ai repéré différents magasins de lingerie, et de parfumerie. .../... Mes premières sensations. C'est vers l'âge de 5 ou 6 ans que j'ai l'idée d'essayer une paire de collant, j'étais en vacances chez mes grands-parents, et je ne sais pas comment je me suis retrouvé dans la chambre de la plus jeune de mes tantes. J'ai ouvert sa garde-robe, et j'ai fouillé et je suis tombé sur des bas Nylon. Je les ai pris, et je les ai mis. La sensation du Nylon sur mes jambes était si intense que je savais que ce ne seraient pas la seule fois que je portais des collants. .../... Les années ont passé, et en écrivant mon récit je me rappelle ces belles années, donc je suis plus âgé, j'ai maintenant 16 ans, et j'ai un peu d'argent de poche. .../... Je me suis achet...
Voilà mon histoire, pas très jolie, ni trop gaie, mais c'est cette vie, que j'ai réellement vécue, je ne parle pas beaucoup de dessous ou de vêtements féminin mais je pense que vous aurez compris ce que le fait de porter des vêtements féminins a eue comme conséquences salvatrices et bienfaisantes pour moi , peu importe de quel, 'âge, taille, le poids, couleurs de peau, race, ou que sais-je encore, vous êtes, je vous conseille de vivre pleinement votre vie comme vous en avez envie, ne regardez pas en arrière, vous ne pourrez plus rien changer au passé, et la vie peut paraître très longue lorsque l'on souffre ,alors que lorsqu'on est heureux elle est si courte, trop courte, mais si belle a vivre. .../... Pendant un an j'ai appris a me battre et a devenir un parfait soldat, à 18 ans je fit un devancement d'appel, et je fut 6 mois plus tard transféré a ma demande dans une unité un peut spéciale dont je ne vous divulguerais rien, car pendant deux anné...
L'adolescence fut une période faste d'amitiés franches et viriles. Les filles étaient pour moi des fantômes et je me mis à les désirer pour faire comme mes amis sans réellement jamais comprendre ce qui les attirait tant vers ces créatures si étranges ? Je n'ai eu aucun succès d'ailleurs, mais je me suis fais quelques bonnes amies. C'est à cette époque, que quelques chose commença à me travailler sérieusement l'esprit... je ne sais toujours pas ce que c'est... un sentiment d'être transparent, insignifiant, nul, ridicule, laid... Je cherchais à me faire plaindre, à me faire aimer de toutes les façons possibles, mais rien n'y faisait et malgré les dizaines d'amis qui m'entouraient voir m'admiraient, j'avais toujours cette fâcheuse impression de ne pas être à ma place dans ce monde incompréhensible... .../... Ensuite, ce fut l'enfance. J'en garde assez peu de souvenirs. Je me souviens qu'on me prenait souvent pour une fille, ce qui ne me plaisait pas du tout. J'...
Lorsque j'ai regagner ma voiture, j'ai croisé un homme (30 ans environ), il m'a regarder sans plus, mes son regards n'exprimait aucune interrogation ou doutes. Je suis remonter dans ma voiture en prenant soins de metttre mes fesses en premier et ensuite j'ai rentré mes deux jambes, Pour toi c'est quelque chose de courant, mais le faire cela a été intense. Je me suis même permis avant de redémarrer de faire une petite retouche au rouge à lèvres. .../... J'ai payé avec ma carte bleue (elle était au nom de Monsieur), je sais bien que la caissière ne regarde pas mais j'ai eu un moment de flottement. J'ai payé et je suis sortie au grand jour, et surtout Myriam est enfin née... plein d'émotions que je souhaite faire partager à vous toutes, comme le disait une copine TV sur Montréal, "tu rates le meilleur, c'est dehors qu'il faut aller" .../... C'est vraix que le bonheur est dehors, vivre cachée n'est pas une fin en soit, "sortez les filles". .../... Une dame était à la...
A l'âge de 13 ans, j'avais de longs cheveux blonds bouclés: c'était à la mode au début des années 70 et je m'en accommodais fort bien. Je passais mes vacances dans les Ardennes belges en compagnie de ma jeune cousine. Elle me proposa un jeu : je devais mettre quelques-uns de ses vêtements féminins et nous ferions croire aux gamins du village que j'étais une fille et que je m'appelais Noémie . Sa proposition m'amusa et je ressentis un plaisir très vif et inattendu lorsque j'enfilai une petite robe blanche et bleu ciel. .../... Delphine et moi devions nous retenir pour ne pas éclater de rire. Je pris goût à ce jeu, mais les occasions de voir Delphine se firent rares. A la maison, j'osai avouer (avec beaucoup de difficultés) que j'aimais m'habiller en fille. Mon père prit cela pour une extravagance et s'en fichait royalement. Quant à ma grand-mère, elle le prit très bien et me procura même deux jupes et une robe qu'elle me permettait de porter en dehors des heures d...
Des années plus tard, après de nombreuses phases de mise en veille de mon envie de travestissement, j'ai découvert, en me promenant en ville, une friperie (lieu où l'on vend des vêtements d'occasion) où j'ai pu acheter des jupes, robes, chaussures pour pas cher. A cette époque là, je louais un appartement et je pouvais me confectionner une garde-robe sans avoir à la cacher dans une valise. .../... Merci à vous pour tous vos témoignages et félicitations pour le site de TVQ que, bien que vivant loin du Québec, j'ai parcouru avec bonheur. .../... TyralTyral (publié: 02-11-2004, 11:09 ) .../... Je me décidais un jour de sortir habillé en femme. C'était en octobre, un soir vers 21h00, j'avais mis des sous-vêtements achetés dans un grand magasin (culotte blanche, soutien gorge blanc bourré de coton et collant noir) un chemisier vert, une jupe ample verte à bouton, un manteau marron et des chaussures à talons acheté dans une friperie. Ne voulant pas choquer mes v...
J'aime me voir femme et maintenant je l'accepte mais c'est la première fois que je le partage dans ma vie. J'aimerais tellement maintenant être en relation avec une fille comme moi et partager plusieurs choses. .../... Petite SophiePetite Sophie (publié: 02-11-2004, 11:05 ) .../... Je suis comme vous toutes et je dois me rendre à l'évidence que je ne suis pas toute seule à vivre ce curieux phénomène de la nature. Maintenant, j'accepte de devenir de plus en plus Sophie, la femme qui se cache dans mon ventre de plus en plus; et de vous le partager me fait réaliser combien je suis en petite jupe, maquillée et en petits talons hauts et collants. Je vous fais un aveu: j'ai goûté à cette sensation dès l'âge de 6 ans dans un chalet pendant quelques jours et quelques nuits avec un ami de mon père qui n'en n'avait que pour moi depuis Noël et je savais que je lui plaisais. J'avais déjà ce feeling soyeux de plaire et de me faire dire que mes jambes et ma peau étaient comm...
Comme la plupart d’entre vous, mon histoire a commencé très top, vers l’âge de 6 ou 7 ans. Mon premier souvenir est la vue d’une paire d’escarpins blancs appartenant à ma mère et que j’avais déjà vue. Mais cette fois ci, sans raison, j’ai été prise d’une envie folle de les essayer. Bien sûr, ces chaussures étaient trop grandes, mais la douce sensation du pied nu glissant dans cet écrin était exceptionnelle. A partir de ce jour, les essayages de différentes chaussures de femme se répétèrent, principalement chez ma tante. Mes envies se sont ensuite propagées vers le maquillage : le rouge à lèvre et le vernis à ongle. Et quelques semaines ou quelques mois plus tard, je commençais à chercher dans le panier à linge : sous-vêtements, jupes et robes. Pendant près de quinze ans, ces jeux ne pouvaient avoir lieu que chez moi lorsque j’étais seule, enfermée. .../... J’ai toujours été 100% hétérosexuel. Cependant mon rêve est de plus en plus d...
Dès qu’elle est seule, Charlotte s’éveille. Elle choisit ses vêtements. Un petit string en dentelle, un soutien-gorge assorti et déjà, sa petite chatte devient moite au doux contact du tissu sur sa peau. Elle enfile des bas. Ses jambes ainsi gainées lui procurent une sensation extrême. Une jupe noire, un petit top moulant mettant en valeur sa généreuse poitrine, finissent sont image. Charlotte est vivante. Elle se sent bien, elle se sent femme. Elle rêve, elle imagine des scénarios où elle est l’héroïne, où elle est aimée pour sa féminité. Elle se caresse et se sent belle, elle jouit du plaisir d’être Charlotte. .../... Charlotte vit par intermittence et seule, et c’est là, sa principale frustration. .../... C’est au travers de ce site que Charlotte est née. Elle se sent moins seule grâce à vous toutes, grâce à vos expériences et vos témoignages. .../... Charlotte aimerait vivre ainsi toute sa vie durant. Elle aimerait pouvoir sortir...
Je continue le combat, mais elle ressurgit toujours, souriante, enjouée, fille de joie :"tu viens chéri". .../... Sylvia a sauvé ma santé mentale, Sylvia m'a fait plonger dans l'alcool, maintenant Sylvia est en moi, intégrée, et je l'aime. .../... Que voulez-vous, la hargne de ma mère s'est retournée contre moi. Il fallait que quelqu'un paie sa bévue ! .../... Je découvre le site, me dis qu'enfin je vais trouver ici une copine avec qui je pourrai partager des trucs à nous, rien qu'à nous... Encore raté, toute seulette Sylvia, pas un seul message amical et spontané. .../... L'acceptation m'a demandé un long travail, une sorte d'assimilation, d'intégration, par chaque molécule de mon organisme, une pénétration du conscient et de l'inconscient. Alors que, vu de maintenant : quelle év idence ! .../... Ca ne va pas. Il me faut trouver un remède qui me procure un peu de repos. .../... Vingt ans, je vis seul sous les toits mansardés de ma bonne ville de Paris, bas ...
.../... Mon épouse vit avec moi au quotidien ma féminité, qui devient, ce que j'ai toujours souhaité une banalité ! .../... Sur les photos que l'on peut voir de moi, il n'y a aucune tricherie, ce sont mes vrais cheveux, jamais de perruque, et le maquillage est celui que j'utilise tous les jours. J'ai 2 grands enfants à qui j'ai tout dit et il n'y a plus d'ambiguïté, je leur ai dit que j'étais fière de ce qu'ils étaient (garçon et fille, tout ce qu'il y a de normal) .../... Infirmière en psy, je dois rencontrer bientôt une spécialiste en transsexualisme, mais je pense que cela ne servira pas à grand chose, car depuis 40 années de recherches sur l'identité de genre j'en connais un bon bout je pense, et malgré mon besoin d'être reconnue comme femme je ne pense pas aller plus loin (hormones et chirurgie) afin de ne pas remettre en cause l'équilibre affectif que je me suis créée. .../... Femme dans la vie de tous les jours, sans jupe en grand public quand même, ...
Maintenant ça fait déjà 2 ans que j’habite avec ma copine. Elle sait pour mes expériences et mes aventures; elle me comprend. Quand on se retrouve seule, elle insiste à ce que je m’habille en fille, elle trouve ça excitant de voir un homme habillé en fille. Même qu’elle trouve que j’ai un beau physique quand je porte des vêtements collants. Aussi quand on magasine, on s’organise pour acheter du linges qui fait pour les deux. Maintenant je regarde autant pour une robe d’été que pour une paire de jean. Pour les sous-vêtements c’est autre chose. J’achète mes culottes, mes collant et mes brassières à part mais ça n’empêche pas qu’on finit toujours pas s’emprunter un petit quelque chose quand même. .../... Voici la nouvelle saison qui approche, la neige avec ses tempêtes mais ses avantages. Ma copine et moi étions prêtes à faire une petite balade à l’extérieur. N’étant pas à ma première sortie au grand air, j'ai quand même fait un eff...
Sophie de MontréalSophie de Montréal (publié: 02-11-2004, 11:07 ) .../... N'hésitez pas à me contacter, il me fera plaisir de vous répondre. .../... C'est la raison pour laquelle je tente de rechercher des copines afin de partager entre-nous le même intérêt, celui d'être femme et de se sentir femme. .../... Il m'arrive souvent de penser que je serais si bien dans ma peau en vivant et travaillant très très loins d'ici, là où les gens ne me connaissent pas afin que je puisse finalement affirmer et dévoiler au grand jour ma féminité. Mais malgré tout, il y aura toujours les préjugés de la société, même très très loin d'ici. .../... Dès mon enfance, soit vers l'âge de 10 ans, je m'amusais à porter des sous-vêtements féminins lorsque j'en avais l'occasion. Aujourd'hui je réalise que ce n'était pas seulement pour m'amuser que je faisais cela mais aussi parce que j'avais une tendance à la féminité. .../... Je me travesti dans l'intimité depuis plusi...
Quelle bonheur dès que j'ai eu mon appartement.A peine emménager mon premier achat fut une paire de mules acheté par correspondance chez Ernest et une paire de bas. .../... Et depuis ce jour dès que je rentre chez moi je m'habille comme ça et je me sent bien, très bien.Merci pour ce site génial ou on se sent bien et en confiance .../... Coucou à toutes, j'aime porter de la lingerie et des mules depuis toujours.Quand je portais les mules de ma mère je me sentais calme reposé bien dans ma peau.Mais en grandissant mes pieds était devenu trop grand pour les porter. .../... hélénahéléna (publié: 30-05-2005, 14:11 ) .../... ...
J’avais emporté avec moi deux ensembles, l’un mi saison, l’autre plus léger, ne sachant pas quelle serait la température. Bien m’en a pris car en fait il faisait carrément froid… .../... Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, j’ai une activité associative intensive et celle ci me conduit à voyager assez souvent. Mon dernier voyage m’a conduite aux USA, d’abord en Caroline du Nord puis à Manhattan dans la cité de New York. .../... La réunion de l’association ayant lieu le mercredi soir, je suis allée le mardi après-midi chercher un chemisier pour mettre avec mon ensemble tailleur, car je n’en avais pas qui aille. J’ai trouvé pour un prix ridicule, 15 dollars (moins de 12 Euros) une petite camisole blanche à plis très fins, assez décolletée, mettant bien en valeur ma poitrine naturelle et laissant transparaître légèrement mon soutien-gorge en dentelle blanche. .../... Avant mon départ, j’avais contacté plusieurs copines de l’associat...
eugenieeugenie (publié: 31-05-2005, 18:25 ) .../... Nous avons ensuite mangé ensemble. Une participation modeste de 10 dollars par personnes (environ 8 Euros) nous a permis de déguster de l’excellent steak, des salades diverses, un rizotto bien assaisonné et un gâteau au chocolat délicieux… .../... Le mélange des styles se retrouvait aussi dans la diversité des âges : quelques copines très jeunes, d’autres plus mûres… Au niveau des physiques aussi de très belle "grandes et minces" côtoyaient des petites rondes comme moi ou même plus enveloppées que moi, et ça n’est pas rien déjà… Il y avait des représentantes de tous les milieux sociaux culturels venant de plusieurs groupes ethniques. Certaines des copines venaient de loin. .../... L’appartement occupé par Cross Dresser International est un tout petit rez-de-chaussée d’environ une cinquantaine de mètres carrés tout au plus, mais surprise il donne à l’arrière sur un petit jardin privatif o...
Chères copines, je vous ai tout simplement ouvert mon cœur, et je demande être contacter par mes semblables du monde entier pour discutions échange des idées et faire connaissance dans le respect de l autre et sans vulgarité, pour m aider dans ma découverte de moi-même… Même que je vie avec ma femme et mes enfants, je me sens toute seule chez moi. alors n hésiter pas a m écrire je vous attend toutes. Bises a toutes et A+ .../... HANANHANAN (publié: 09-06-2005, 3:50 ) .../... mon nom a moi est HANAN, Si je me rappelle bien mes premières pulsions féminines remontent à l âges de 8 ans; j ai commencé à me travestir avec les vêtements de ma mère, puis j ai continué a prendre plaisir de cet acte, parce que je me sentais très bien comme ça... Aujourd hui j avoue que je suis très attirée par le travestissement, et je n accepterai jamais d y renoncer…Je suis un H marié(e) et j ai deux enfants, 46 ans 1.67 / 75kg blonde charmante...Tout ce qui est féminin me br...
VickyVicky (publié: 03-07-2005, 2:45 ) .../... Ps: Je pense que vous allez toutes trouver mon récit un peu longuet, mais j'avais une folle envie de partager avec vous cette journée, qui pour moi fut une véritable révélation. Je vous encourage toutes mes chéries à sortir de chez vous et à vous montrer au grand jour. .../... Pendant mon après-midi, j'ai croisée des centaines de personnes, il y en a bien eu une dizaine qui ont remarqué un travesti, mais jamais je n'ai entendue de réflexions désagréables, seules quelques petits tapes discrètes sur le bras de leur conjoint ou conjointes pour les prévenir de mon passage (ce sont surtout les femmes qui m'ont découvertes) . Jouant le jeu, je m'appliquais à chaque fois à leur faire mon plus beau sourire. Seul un garçon noir m'a fait un signe et un grand sourire amical en disant à ses copains "c'est un garçon". .../... Un peu lasse de ma balade, je retournais au parking, puis je repris la direction de ma ville de rési...
" Alors, petite sœur, cela te plaît, viens que je t'aide " .../... Maintenant, je les passe avec Carole, devenue ma femme, et je vis en femme presque tout le temps (sauf au travail ou devant les amis). Nous sommes très heureuses et nous nous aimons. .../... Elle m'enfila la combinaison et m'amena dans la salle de bain, me maquilla, me mit une perruque achetée pour moi et enfin un de ses tailleurs. .../... Bien des années plus tard, seul dans sa chambre d'étudiante, j'enfilai un de ses collants, je ne l'entendis pas rentrer et elle me surprit agrafant un de ses soutiens-gorge. Elle m'interdit de revenir sans son autorisation, me menaçant d'en parler à notre mère. Quelques jours plus tard, elle me proposa pourtant de revenir et me laissa seul le temps d'aller chercher du pain. .../... Elle avait pris rendez-vous chez l'esthéticienne pour m'épiler, au moment de me rhabiller elle me tendit un nouveau collant fin. J'étais devenue une vraie fille, nous achetâmes du maq...
Après mon mariage, j'ai pu emprunter les vêtements et sous-vêtements de ma femme, ses chaussures, rarement son maquillage, quand par bonheur elle s'absentait de façon prolongée. Je n'ai malheureusement jamais eu l'occasion de porter une perruque. .../... Pendant ma vie adulte, je savais bien que j'étais… différente : Je n'ai jamais aimé la vulgarité, la force brute. J'avais beaucoup de difficultés à me faire des amis hommes. Et les conversations que j'ai avec mes amies me semblent bien plus profondes. .../... J'ai 53 ans, mais ne suis Amélie que depuis un an environ. Avant de me décider à écrire ces quelques mots, j'ai mis un point d'honneur à lire toutes vos histoires. Je me suis retrouvée un peu chez certaines d'entre vous, beaucoup chez d'autres. Vos vies, la sincérité de vos récits, m'ont émue, troublée, bouleversée parfois, quand j'ai retrouvé chez vous les sentiments, les désirs, les peurs, les rêves que je croyais être seule à avoir. J'ai mêm...
-Oui, mais n'oublie pas qu'ils peuvent te soigner aussi avec des médicaments! .../... -C'est pour un cas de transexualisme? Vous savez, je commence à en avoir trop! .../... -Allons, vous n'êtes pas sérieux, vous qui êtes si bel homme, qui séduisez la plupart des femmes, vous me dites ça pour me faire marcher, vous êtes sous tension extrême avec vos problèmes d'entreprises qui marchent couci-couça, je le sens bien, prenez donc de cet anti dépresseur, ça ira mieux et revenez me voir dans 15 jours. .../... -J'aimerai que vous veniez avec votre femme à la prochaine séance .../... -Il est minuit, docteur, et j'ai décidé d'entrer dans ce nouveau millénaire habillé en fille. .../... -Docteur, je vous ai déjà raconté que quand j'étais petite, je m'habillais en fille parce que je suis une fille!... .../... "Mais encore" m'attend toujours pour la cinquième séance... .../... 15 jours plus tard, j'étais loin et je voyais le premier de la liste psy-machin. P...
Je laissai la place à mon coté féminin et je me sentais bien ainsi, je passai donc mes journées en fille et même ma mère me traitait comme ma sœur. Par la suite, nous avons appris le décès accidentelle de ma jumelle. Comme je me sentais bien en fille, je demandai à ma mère si je pouvais rester comme cela et elle accepta en me disant que c'était le vœux de ma sœur. J'ai donc commencé ma transformation physique permanente, j'ai maintenant des seins et j'attend l'opération finale qui va faire de moi la réplique parfaite de ma sœur. .../... Pour camoufler mon petit tour de taille, je m'étais toujours habillé ample, ce qui me faisait paraître plus gros et qui camouflait mes courbes physiques. .../... L'année dernière, ma sœur qui étudiait en esthétique et coiffure avait gagnée un voyage dans l'Ouest alors, elle m'a demandé si j'accepterais d'aller à l'école à sa place durant son voyage, car moi j'étais suspendu de l'école. Je lui dis que tous le monde ...
Quitte à me sentir de plus en plus malheureux, et à comprendre de moins en moins pourquoi... .../... Tout ce que je savais de l’homosexualité, ce sont les blagues idiotes que les adultes se racontaient parfois le soir, à la veillée. J’en déduisais qu’être homosexuel était la chose la plus ridicule et méprisable qui soit au monde. Je n’étais pas bien viril moi-même, mais je m’appliquais avec tout mon zèle à me conformer le plus possible à l’image qu’on se faisait d’un homme, autour de moi. J’étais peureux, douillet, pleurnichard, lunatique et rêveur, sans doute, mais j’étais un homme quand même! Un futur contribuable, mari et père, appelé à prendre la place qui lui était assignée dans la société. Il n’était pas question que je suive une autre voie; ce n’était même pas une option. .../... À vrai dire, j’ai toujours aimé les filles... et je me suis toujours identifié à elles plus volontiers qu’à la plupart des hommes. Ê...
Salut les filles moi je me tv depuis l,age de 6 ans a la cachette de mais parent .J,ai du arretée quelque fois ,mais pas capable .Marié 2 enfants ma femme le saie ca fais 5 ans au debut acceptais pas et maintenent elle vient avec moi acheter des vetement comme jupe colant robe soutien-gorge,j,aime etre en femme le plus souvent possible a la maison ,pas encore sortie j,ai tous les vetement que j,aime de nuit et de jour je ne peut plus m,ent passer alp. .../... jujujuju (publié: 09-03-2005, 15:51 ) .../... ...
Je ne regrette pas pour autant cette opération, au contraire, si cela était à refaire, je le ferais... Sans vouloir me vanter : Je passe même inaperçue dans la société. Je veux tout simplement vous faire voir la réalité en face. .../... S.V.P Il faut arrêter tous ces bêtises. Si vous ne donnez pas une image sérieuse et définie et réaliste du transsexuel, comment voulez-vous être respecté ? .../... GynaGyna (publié: 02-11-2004, 10:56 ) .../... Je me suis trouvée dans beaucoup de ces histoires et je veux contribuer avec mon soutien à toutes celles et ceux qui ont besoin de conseils et informations ou simplement parler... .../... Pour arriver aujourd'hui où je suis, j'ai du passé par ,ex. : La drogue, la prostitution, humiliation, les dépressions, tentatives de suicide, l'alcoolisme, etc. Je ne me sens pas (psychologiquement parlant) différente des autres personnes, eux ils me le font sentir et me rappellent cette différence. Le transsexualisme n'est tou...
Cela me permettait d'avoir un peu de féminité dans ma vie... Et puis non, cela n'est pas passé... cela s'est considérablement atténué pourtant..... il m'arrivait encore parfois de mettre les sous-vêtements de mes copines (en secret, bien sur), voir d'essayer une de leur robe... .../... Personnellement, je ne pense pas qu'il y ait un homme et une femme en moi, il y a simplement un être qui est composé de nombreuses choses, malheureusement cataloguées masculines ou féminines par notre monde... alors tant pis j'en cache une partie, pour conserver ma vie telle qu'elle est... .../... Rien d'extraordinaire donc, je suis hétéro à 100% et suis très bien en homme et j'aime ma petite amie. Je cultive simplement un intérêt pour les vêtements et sous-vêtements féminins qui date de l'enfance... Je ne sais même plus de quand... tout petit déjà je m'enroulais dans mes draps pour en faire des espèces de robes... mmmm ces grandes étoffes si douces me faisaient un effet (j...
Quel plaisir de me promener en ville et me sentir femme en dessous de mes vêtements d'homme. Quel plaisir aussi de rentrer chez moi, de mettre une perruque de choisir l'ensemble qui va bien avec, de me maquiller et de m'abandonner à ma féminité. Et quelques fois, je jette tout à la poubelle, parce qu' il y a un côté de moi qui vit dans une société qui n'accepte pas mon secret. .../... J'allais les acheter dans les grands magasins de mode. Quelle excitation mélangée avec de la honte, qui s'empare de moi quand je m'approche des rayons féminins, mais quelle douce chaleur qui s'empare de mon coeur quand je vois tous ces tissus sous toutes les formes et couleurs imaginables, j'ai envie de pleurer tellement c'est beau. En tremblant et sous le regard moqueur des gens autour de moi, je choisie vite ou un ensemble mignon, ou alors un body en dentelle, ou alors une guepiere, pour lesquelles j'ai une grande faiblesse. Je passe à la caisse, ce qui est pour moi le pire cauchemar et ...
Je venais de déménager et les habits de ma mère était dans ma chambre, pour quelques temps, alors je ne sais pas pourquoije décidai de mettre une jupe de ma mère et alors je me sentie bien et c la que commenca une longue route de travestissement, avec quelque pause doutant de ma vie, et chaque soir je m'endormais en pensant a 1001 et 1 scénarios pour devenir femme, je ne ratait aucun sujet sur tout ce qui comporte les transgenres, interwiews reportages fictions,films fantastique (mon meilleur fît si j'étais elle ou l'ange de la glace), et tout se passer sans que mes parents ne s'en rendes compte a pars quelque fois elle retrouvers c habits en desordre. .../... celiacelia (publié: 27-03-2005, 11:25 ) .../... Au bout de trois mois je pris la décision de le lui dire elle le pris sa comme une bombe. et alors elle decida de me laisser faire.mais avec peine. .../... coucou moi c'est celia, et mon histoire a commence vers l'age de 9 ans, a l'époque tout m'est assez flou, et que...
Ma petite aventure féminine commença, il y a de cela 14 ans, alors que j'étais en pleine dépression. Cela durera 3 mois, tout les interdits étant passer par là , je laissais tout de coté, au profit oh combien enrichissant, je recevais des messages venant d'ailleurs. Les gens venaient de partout ans pub sans rien, c'etait une merveille, aujourd'hui encore je fonctionne avec cette aide tellement merveilleuse et efficace pour ceux qui me demande que je ne vois plus personne, mais je suis encore et toujours un medium. .../... Mais ce que je vis n'avait rien avoir avec ce que j'ai vécu, je suis heureuse comme je suis, c'est sure pas facile tout les jours mais j'ai la joie d'etre MOI, MEME. .../... Maintenant j'ai decouvers tellement de choses, sur le plan relationnel deja, sur ma nouvelle sexualité aussi. Maintenant je pas la chance d'etre dans une région propice au contactet je suis souvent seule, internet, c'est pareil, sauf que je reçois des mots sympas comme tu es vraiment...
J'ai continué jusqu'à l'age 17 ans, j'ai eu un emploi et une copine, je me suis marié mais je continuais à porter des vêtements féminins, je disais que c'était un fantasme ensuite je me suis tomber dans le jeu compulsif suivi du divorce, je pris la garde de mon fils de 7 ans, J'étais libre, vivre entre le jeu et ma passion féminine, problème argent et mal dans ma peau, mon fils grandit et je ne peux plus être discret pour me vêtir de vêtements féminins. .../... Une copine qui veut devenir une femme a part entière un jour.bye xxx .../... JoaneJoane (publié: 02-11-2004, 10:58 ) .../... J'en ai parlé à mon psy, il me conseille d'en parlé à mon entourage ou de quitté ma copine car elle ne comprendrait pas. Je ne sais plus quoi faire, mais je ne peux plus m'arrêter, c'est encré en moi, je me sens féminine même si j'ai un surplus de livres, j'ai même parlé a mon psy des hormones. Il m'a dit qu'il m'aiderait quand je m'aurai séparé, j'ai peur de sa réacti...
Etant tout petit on m'habillait en petite fille car la premiere au monde est morte avant mon arrivee. Tout ce qu'il y avait etait probablement des vetements de petite fille. On m'avait laisse pousser les cheveux qui etaient blond a l'epoque. Tout le monde disaient qu'il est beau.... Eventuellement, d'autres sont nes apres moi et on me negligea n'etant plus la nouveaute. C'est la vers les cinq ou six ans que ca a commence.Lorsque j'etais seul, j'allais dans la remise ou etaient les vetements qu'on n'utilisait plus. Vetements de ma mere. J'avais recupere des bas chez une voisine et un porte jarretelles pendu sur une corde a linge sans me faire prendre. C'est ainsi que j'ai commence a me creer un petit garde robe bien cache. Aussitot que j'avais du temps libre, j'y allais. Ca devint une sorte de therapie lorsque ca avait mal ete a l'ecole ou a la suite d'un argument avec mon pere ou ma mere car etant une grande famille la situation etait parfois tendu.Le temps passa et un jour je m'envol...
LilianeLiliane (publié: 02-11-2004, 10:59 ) .../... C'est une fois installé seul dans un petit appartement, que j'ai eu envie retrouver la douceur des bas Nylon et de la lingerie soyeuse. Libérer cette partie féminine qui était en moi. Libre de mes actions, j'ai commandé par catalogue tout ce que j'avais besoins. Enfin presque, car les chaussures de femmes de ma taille demeuraient introuvables ! Quant aux brassières, en prenant de la carrure, seul les modèles couleur chair ou saumon trouvée dans les pages pour femmes fortes pouvaient me convenir ! .../... De nouveau seul, j'ai retrouvé ce plaisir d'être en femme. Je savais que vu ma taille, je n'aurais jamais le bonheur de pouvoir sortir en extérieur et donner l'illusion une seconde d'être une vraie fille. Mais qu'elle plaisir de vivre chez soi en toute féminité. .../... Autre problème, moi qui jusqu' alors avait une pilosité raisonnable j'ai vu peu à peu celle-ci se développer. Mon torse qui n'avait que quel...
Étant homme de naissance, j’ai aussi appris à aimer les vertus masculines… .../... Ma Vénus intérieure, a dès lors choisi de s’appeler Marie-Pier… Elle est moi-même, et moi-même, je suis elle… .../... Il y aura seulement le plaisir d’être unifié, d’être complet et en harmonie avec la vie, au sein de cet oasis… .../... Quoiqu’il en soit, nous nous sommes reconnus, et nous avons fusionnés dans les profondeurs même de cet oasis sacré… .../... Je pense que le féminin m’aime aussi, mais sans savoir exactement pourquoi, le féminin reste à distance de ma personne…Et cela m’attriste profondément … .../... Je sais maintenant qu’il n’y aura plus jamais de naufrage… Plus jamais de solitude… .../... Marie-PierMarie-Pier (publié: 19-04-2005, 3:49 ) .../... Je me suis vite rendu compte cependant, que Vendredi n’était pas ‘’un vendredi’’, mais bien ‘’une vendredi’’… De toute façon vendredi étant la journée de Vénus...
Deux ans se sont écoulés depuis ma première contribution à la petite histoire de chacune. Je me sens aujourd'hui prête a vous faire part des nouvelles expériences de " Lorraine ", cette petite Femme toute simple et sans malice qui me procure tant de joie. .../... Toujours est-il qu'un soir de Décembre dernier, mes amies et moi étions attablées dans un cabaret bien connu de Montréal en train d'assister à un spectacle de personnificateurs Féminins. Le spectacle ayant pris fin, mes copines décident d'aller danser histoire de se Délier les jambes, or, comme je ne suis pas très bonne danseuse, je leur dis que je vais les regarder évoluer de ma table. Comme vous l'aurez sans doute deviné, un monsieur vient s'asseoir près de moi et se met à me faire du plat. Je lui dis alors qui je suis vraiment et comble de malheur il me répond que rien ne le dérange en cette matière. Oups!! Je me cherche alors une façon de me défiler, mais étant très timide je ne sais quoi faire...
Cet hiver, j’ai acheté tous mes pulls au rayon "femmes". De coupe classique, certes, mais féminins. Acte purement psychologique, puisque la coupe est d’une neutralité affligeante, mais dans ma tête, c’est une démarche importante, puisque je suis toujours censé représenter "l’autorité paternelle" auprès de mes enfants. Il serait fâcheux qu’ils remarquent l’ambiguïté de mes tenues. Et pourtant, à la période de soldes, j’ai craqué : je me suis offert un jean féminin neuf, de coupe moderne, style "boot-cut". j’aime les fesses qu’il me fait, et je n’ai pas honte. Même ma femme a aimé mes fesses, moulées comme ça… .../... Et le naturel d’un individu ne reste jamais bien longtemps au placard. Surtout que les règles que ma femme m’a fixées ne sont pas trop contraignantes : les enfants ne doivent pas savoir, elle ne veut rien connaître de mes sorties. Et en plus, elle accepte, lorsque les enfants sont absents, une petite soirée "entres filles"...
Nous n'en avons pas eu de discussion tout de suite, il s'est passé du temps, une sorte de mal aise semblait s'être installée. Elle faisait mine de ne pas avoir eu cette discussion; aucune allusion ne transparaissait; et moi j'avais l'air d'un gamin qui venait d'avouer une grosse bêtise. Maintenant, elle savait que je m'habillais. Même si elle ne désirait pas me voir. Je repris mes vieilles habitudes anonymes, le cœur un peu pus léger. .../... Il m'arrive de déprimer. Je deviens hypersensible, je pleure souvent pour pas grand-chose. Lorsque je me relis, je me dis que je suis bien égoïste, car elle a fait beaucoup. En fait, je lui en demande beaucoup trop. .../... Nous reprîmes la discussion par hasard deux mois après. Après beaucoup de temps et de discussion, nous parvînmes à nous entendre. J'étais heureux. Je m'habillais. Marie-Claude prit beaucoup sur elle. Elle accepta; par amour je pense; de me voir en femme. Plus tard, elle m'aida à me maquiller. Nous faisio...
Par la suite, je me promenais même durant des heures la nuit maquillée et habillée comme une femme. Parfois l' hivers je me rase complètement le corps et les jambes et aisselles. La première fois c'était à Juan les pins le 16 août . Je sortis de la voiture et me promenai ainsi vêtue en pleine nuit. Mais voilà le feu d'artifice du 15 août éclata. Des centaines de personnes étaient à leur balcon et sortaient dehors. J'ai du me considérer comme une vraie femme et je marchais d'une façon très féminine pour passer inaperçue. Je crois bien que l'on me prenait pour une fille car je n'ai rien entendu de méchant sur moi au contraire même un mec m'a sifflée et m'a demandé comment je m'appelais, mais je n'ai rien dis et j'ai continué dans le sens contraire. J'ai croisé plein de filles qui n'ont rien dis. Voilà le début de mon histoire . Je vous en dirais d'avantage la prochaine fois. .../... StellaStella (publié: 02-11-2004, 11:07 ) .../... J'étais gênée mais je...
Mais ce site m'a fait vraiment très plaisir en découvrant que je ne suis pas seul dans ce cas. Je suis éventuellement preneur de conseils. .../... Marie-ElodieMarie-Elodie (publié: 02-11-2004, 11:00 ) .../... Bien sûr, cela a évolué. Je me suis mis à essayer ensuite les sous-vêtements de ma mère sous une jupe et d'abord un tee-shirt. C'est quelque temps après que je me suis mis a mettre des tailleurs complets, des petites culottes, des chemisiers, du maquillage et des chaussures à talon. .../... Je me souviendrai toujours la satisfaction de me contempler dans les dessous un plus "osés" de ma mère dans la glace. Pourtant, je ne parviens toujours pas à assumer ce trait de caractère à 20 ans et 1 mois. Je me suis même mis à essayer les vêtements de ma copine, avec qui je suis avec depuis 2 ans, et vis-à-vis de laquelle je me sens totalement incapable de lui avouer tout cela, de peur qu'elle ne pense que je sois homosexuel, bien que je ne sois attiré que par le...
Puis, feuilletant les premiers catalogues de la Redoute et des 3 Suisses (vpc en France), en cachette de ma mère et mes sœurs, j'y découvris avec jubilation les nombreuses lingeries que pouvaient porter ces belles femmes. Quels délices! Quelle jalousie aussi! Les guêpières, les bas, les porte-jarretelles et les soutien-gorges n'eurent bientôt plus aucun secret pour moi. L'âge aidant, je me suis hasardé à fouiller dans les tiroirs des commodes où se cache généralement la lingerie féminine. D'abord celles de ma mère et mes sœurs, auxquelles j'ai toujours pu cacher mes goûts, mes envies, exceptée une ou deux fois où ma mère me surprit en train de me masturber avec une culotte en polyamide et mit cela sur le compte de ma puberté naissante. .../... Ma petite histoire a commencé aux environs de l'âge de 6 ans dans la campagne française. À la maison, nous avions une bonne (gouvernante) principalement pour mon petit frère et moi; mes sœurs âgées de 18 et 19 ans ...
Je vais terminer ici et je compte bien vous en dire davantage la prochaine fois. .../... Là, je sais que je ne suis pas la seule à vivre ça. J'attends parler de l'opération de réassignation sexuelle c'est ça que je veux. Mon cœur revit enclin à un peu plus d'espoir. Je sais qu'il n'est pas encore le temps d'en parler. Je continue à vivre cela en secret. Je laisse les années passées au gré du vent de la vie. À dix-huit ans, je commence à en parler avec la voisine d'en face, une bonne copine .Elle me supporte, elle m'encourage. Je retourne à mes dix-huit ans à l'éducation aux adultes pour faire mon secondaire. Je mets tous mes efforts à faire au plus vite mon secondaire V tout en continuant en cachette de m'habiller en femme avec le linge de ma mère. Jeune, je pouvais le faire devant mes parents mais adultes je ne le pouvais plus. .../... L'espoir est à ma porte. Depuis tout jeune, j'ai toujours que j'étais différent des autres enfants de mon âge. J'adorais me ...
Encore une reussite de Mélanie et nous sortons. Arrivées dehors elle rencontre un voisin lui dit quelques mots puis nous prenoons le scooter. .../... Je pars me changer dans la pièce dédiée au maquillage et lorsque je suis prête elle me rejoint .../... je pars en meme temps que Mélanie, je suis ravie de cette journee. .../... J’ai pris rendez-vous avec Mélanie et j’arrive à son adresse vers 10h30. .../... Elle me donne des petits conseils. Puis elle demande à voir ma garde robe. .../... Mon rendez vous est fixé à 11 heures.j’appelle Mélanie car je viens de province et plus je serai prise tôt mieux ce sera. .../... Elle m’ouvre. La montée de cet escalier est quand même un peu angoissante . Je ne la connais pas , et pour moi c’est une grande première de faire cette démarche. .../... Je prends mon sac contenant mes effets et je sonne en bas de son immeuble. .../... Elle me dit aussi que les tv sont une bonne partie de ses clientes et que je ne suis pas ...
Richesse d'accord, mais aussi un drame personnel, car quoique l'on fasse et quelles que puissent être nos convictions, on n'est jamais totalement une femme même si comme en mathématique, on peut dire " on tend vers… ", la maternité n'est hélas pas au bout du chemin et on n'est plus un homme car notre sensibilité exacerbée va à l'encontre des protections naturelles de la gent masculine. .../... " Maintenant que je sais, je fais attention à ce que je dis, mais il faut bien se rendre à l'évidence : tu es un beau mec ! Sûrement le mieux de nous ! Tu n'as rien à faire pour les avoir toutes à tes pieds. Tu as vu comment tu es foutu ?…Mince, sportif, musclé…Beau ! .../... En ce qui me concerne directement, je pense qu'on pourrait épiloguer longuement sur les choix de vie de mes 20 dernières années ; pour les une, cela peut-être du gâchis, pour d'autres un héroïque dépassement de soi même. Que puis-je en dire, moi, sinon que c'était librement consenti, cert...
Voilà un petit peu de moi, que je compléterai à l’occasion. .../... Ca s’est passé la première fois dans la petite pièce où ma mère avait l’habitude de ranger toutes ses affaires. Elle faisait beaucoup de couture et entreposer tout là-dedans. Vous imaginer mon bonheur, je m’enfermer et essayer tout ça. 2 pelotes de laine pour la poitrine et j’étais la reine, bariolée il est vrai. Il n’y avait pas de sous-vêtements mais l’essentiel y était. .../... Ma vie semble aujourd’hui plus remplie, peut-être encore trop « cliché » : l’homme, la semaine pour gagner l’argent, moi le soir et le week-end pour le dépenser. .../... Croyez-moi, j’aimerai tellement que ça change et que LOU puisse elle-même gagner sa vie ! .../... J’ai toujours été quelqu’un de calme et réservé, évitant les problèmes. Petit garçon je recherchai inconsciemment la compagnie des filles ou des femmes, même s’il était plus « correct » de rester avec les copains. ....
Etre un garçon a quelques avantages.. Etre une fille en a plein... Mais je ne sais pas si je trouverai l'âme soeur un jour. Seule une fille qui aime les garçons et les filles put m'aimer. Et en plus, mes instincts de fille me bloquent pour agir en garçon. Quelle surprise, aussi, de se rendre compte qu'on agit, dans certains moments, comme telle actrice dans tel film... De voir dans le jeu d'une femme, dans un film une réaction qu'on a déjà eue soi-même... .../... Une fois, un copain me traita quand même de garçon manqué, ce que mes autres amis eurent la joie de répéter... Oui, peut-être que j'étais un garçon manqué... Et une fille manquée aussi... Chouchou ou paria, j'avais toujours un traitement privilégiés. En pire ou en meilleur... .../... Je me maquille quand je peux. J'ai les ongles vernis quand j'en ai envie. Je suis bien. Presque bien... .../... Pouf pouf, comme disait Pierre Desproges.... Un midi d'il y a quelque vingt années, j'avais faim, et je suis...
L'année dernière, au bout de 9 ans de mariage, il fallut hospitaliser ma femme pour une crise d'appendicite et je me suis retrouvée seule à la maison. Alors ce fut plus fort que moi, je me rendis Bd haussmann aux galeries Lafayette et là je fis mes emplettes. .../... Ma poitrine avait pris de l'ampleur et je faisais désormais un bon 90 c, mes hanches élargies et la jolie cambrure de mes fesses épanouies m'avaient donné une satisfaction que je goûtais en me contemplant dans les glaces de la maison. Je n'avais bien sur plus d'érection, les hormones avaient fait leur travail et j'étais pourvue désormais d'un sexe minuscule avec des testicules pratiquement inexistantes. Juste un petit bout de zan que je n'avais aucun mal à dissimuler dans mes petites culottes. .../... Je l'avais enfin cette chatte tant désirée et je ne pus qu'admirer le travail du professeur qui pour récompense me permis de l'embrasser. J'étais Françoise, une vraie femme désormais. .../... J'étai...
J'ai une garde robe d'environ trente culottes string, des bas opaque, soutien gorges et portes jarretelles mais ma femme n'est au courant de rien. Je suis d'une famille asiatique ou le travestie est tabous. Je ne connais pas la réaction de ma femme si elle apprend que je me travestie. Je ne travestie pas en dehors de la maison sauf qu'un jour je me permis de porter la soutien gorge de ma femme et balader dans une ville, et fais du shopping. .../... Après ce jour la j'entre dans tout le magasin et boutique ou je peux me procurer des belles culottes, bas et porte-jarretelles. Je préfère le magasin ou il y a des femmes et j'évite d'entrer s'il y a des hommes. Il y a des boutiques ou les femmes savent ce que je cherche et sont très discret en sympathique. Elles me proposent de nouveautés. .../... Quand j'ai acheté mes portes jarretelles, je suis entré dans le magasin en surveillant les passants pour être sure qu'ils ne me remarquent. Je choisis une portes jarretelles tout e...
À 14 ans, je franchi afin le pas, je m'enfermai dans la salle de bain et me vêtie entièrement en fille (merci la sœur), je me regardai dans la glace et mon corps épousa si bien mes vêtements. Je compris ce qu'était un homosexuel. Je n'en étais pas un. Je me posai beaucoup de questions à mon sujet. .../... Puis vers 10 ans, j'eus une petite relation avec mon voisin, il en avait 13. J'étais enfin heureuse qu'un garçon m'aime, moi la fille. J'allais jouer chez lui un jour au playmobile. Sa mère dû s'absenter pour faire une course, peu de temps après, il m'emmena dans la chambre de sa sœur absente également, il me demanda d'enfiler une robe (je m'en souviendrai toute ma vie) elle si belle avec un nœud derrière il y avait sur la robe, une jupe à fleurs et une autre qui ressemblée à un tablier. Il me dit que j'étais faite pour porter de telles affaires. J'étais une poupée. .../... Le désir d'être fille, mes rêves. Il ne me manquait qu'une vraie relation. Je f...
Claire RoswellClaire Roswell (publié: 02-11-2004, 10:47 ) .../... Peut-être trop âgée pour sauter le pas d’une opération définitive, bloquée par mon métier qui ne m’apporte des ressources suffisantes pour subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants qu’en se conjuguant au masculin, je ne peux réaliser mon rêve, être entièrement une femme. Pourtant je ne veux plus attendre, je vais irrésistiblement vers Claire. J’ai entrepris d’écrire un livre pour raconter mon histoire, livre qui, s’il paraît, ne sera pas lu que par des initié(e)s mais par d’autres personnes, curieuses ou ignorantes de notre souffrance. Un éventuel succès littéraire m’ouvrirait peut-être la voie et les moyens de m’affranchir de cette enveloppe charnelle d’origine qui m’est toujours restée étrangère. .../... Habillée et maquillée, je ne suis plus cet homme de 47 ans mais plutôt une jolie blonde de 35, coquette et heureuse de sentir la vie qui coule en elle comme ...
Je sens souvent les regards des hommes se tourner vers moi. Quelle sensation. On me klaxonne aussi. Faut dire que je prend soin de mon apparence car la première impression est très importante. .../... Puis ça a flanché. Séparation, perte de mes biens, de ma fille (que j’ai élevée, catinée, adorée tandis que sa génitrice ne faisait rien. J’ai été la mère de ma fille mais ça le juge ne l’a jamais compris.) .../... La transition a été graduelle, bien planifiée. Assez facile aussi malgré les inconvénients habituels. Ce n’est pas moi qui me serait baladée en jupes si je n’avais pas été convaincante. Faut laisser le temps au temps de faire son œuvre. Inutile de précipiter. .../... L’an dernier je suis retournée aux études. Ils ont accepté que je m’inscrive sous le nom d’Hélène même si le changement de prénom n’était pas officiel. Ca évitait des problèmes, à moi mais aussi à eux. Je me suis fait des copains et copines de classe. Ils...
DanaéDanaé (publié: 02-11-2004, 10:48 ) .../... Malgré la crainte que m'inspirait ma tante, je me rebellai. Bien qu'encore impubère, j'avais déjà acquis une certaine force. Ma tante dut appeler sa fille Nadine en renfort . Celle-ci m'immobilisa les mains, tandis que ma tante relevait légèrement ma robe pour m'infliger cinq ou six fortes claques sur les cuisses. Ensuite, j'entendis ma tante ordonner à Nadine : "Tiens-lui la tête", et, malgré mes protestations, elle se mit à me maquiller les yeux (légèrement). Ensuite, me menaçant d'un rouge à lèvre, elle réussit à me faire accepter du brillant sur les lèvres. A la bague et à la gourmette que je portais déjà (même à l'école), on m'ajouta quelques autres bijoux : un collier doré, deux bracelets fins et deux autres bagues. .../... De Daniel à Danaé. J'étais très jeune lorsque ma tante a dû s'occuper de mon éducation suite au décès de ma mère. Ma tante n'avait eu qu'une fille, ma cousine Nadine; elle ...
eugenieeugenie (publié: 11-12-2004, 0:17 ) .../... J'avais avant cela, une collection de gaines, de porte jarretelles, de soutiens-gorge, de bas nylons, et cela suffisait à mon plaisir d'être habillé en femme. Je m'étais fait prendre sur le fait par mon épouse portant une de ses gaines, elle avait été assez fâchée mais comme elle est naturellement très tolérante, elle m'a dit que si je voulais porter des sous-vêtements féminins, j'avais qu'à m'en acheter et qu'elle ne voulait pas que je touche aux siens. .../... Cependant elle m'a malgré tout redit qu'elle ne voulait pas en parler ni me voir habillé en femme. .../... Bien qu'elle accepte que je m'habille en femme, mon épouse ne veut pas que je le fasse en sa présence. Elle n'aime pas en parler non plus. Par bonheur, notre mariage tient à d'autres valeurs car cela fait plus de 35 ans que nous sommes mariés. Du côté de mes choix vestimentaires nous avons atteint un relativement bon compromis : je peux m'habiller...
Qu'est-ce qui m'a amenée à prendre de manière régulière l'apparence d'une femme ? Aussi loin que je me souvienne, je n'ai pas eu les antécédents de certaines d'entre-nous, à savoir une passion précoce pour les affaires féminines ou encore des parents qui auraient désiré avoir une fille plutôt qu'un garçon. Non, en ce qui me concerne, c'est à la suite d'un défi stupide (mais que je ne regrette pas du tout vu ce qu'il m'a fait découvrir) que j'ai dû, à 17 ans, m'habiller comme une fille, alors que l'amie qui avait lancé le défi devait s'habiller comme un garçon. Je me rappellerai toujours des essais que nous avions fait avant la fête, pour s'assurer que chacun de nous porte ce qui lui irait le mieux. Mon amie m'avait à l'époque prêté une robe bleue roi de coupe chinoise, avec un joli col Mao. J'avais également mis un soutien-gorges et des collants noirs transparents. Pour l'occasion, j'avais rasé mes jambes, à l'époque très poilues. Alors qu'au départ j'...
Bonjour, je suis Delphine, je viens de découvrir le site et ça m'a fait du bien: Je me sens moins seule. Nous sommes nombreuses à avoir un physique masculin et pourtant à nous sentir filles depuis l'enfance. .../... Je n'ai passé qu'une nuit avec un homme et encore sans pénétration (pas de chance il n'était pas assez en "forme") mais quel plaisir de le prendre dans ma bouche depuis que j'en rêvais! Nous ne nous sommes pas compris: il est homo et c'est un mec qu'il cherchait. Moi je ne me sentais pas du tout homme dans ses bras! .../... Comme plein d'autres, je suppose, je vis habituellement ma vie d'homme. La société ne me laisse pas le choix. j'imagine la réaction catastrophée de mes parents, de mes amis, de mes collègues si je laissais éclater ma féminité au grand jour! Ce n'est donc que chez moi, seule, que je passe une robe, une bague et que j'admire mes ongles vernis... .../... Vous pouvez m'écrire si vous me comprenez (grossiers personnages s'abstenir) ...
Je restais alors des années à me contenter d'un foulard de soie " emprunté " à une petite amie et quelq ues paires de bas que je mettais parfois le soir avant de m'endormir. Le temps était venu des petites amies et j'en eus beaucoup, mais sans expérience sexuelle car l'époque était pré contraception et les filles ne s'engageaient pas facilement. Je pus ainsi embrasser des bouches avec ou sans rouge à lèvres, des seins et même une fois un sexe ce que je considérais comme un exploit. Il me fallut l'occasion d'un voyage et d'une fille beaucoup plus âgée que moi pour réaliser ma première expérience sexuelle à deux. Je gardais cependant au fond de moi le souvenir des délices de mes premiers émois. .../... Je suis maintenant plus âgé. Je vis toujours avec la même femme non consentante qui sait mais ne veut pas savoir. J'ai donc dans une valise ma garde robe, je peux m'habiller très souvent car ma femme est souvent absente. Chaque nouvelle robe essayée me ra...
Vers 25 ans, je ne pouvais plus, depuis quelques années déjà, mettre les vêtements de ma mère, aussi je décidai d'aller en acheter. J'avais entendu parler d'un lieu ou l'on vendait des vêtements pour pas trop cher. j'y suis aller, et sous prétexte de chercher des vêtements pour un spectacle ou une soirée costumée, je me suis mise à essayer des jupes, chemisiers ou robe. Après avoir fais mon choix, je parti avec des vêtements féminins à moi. Je ne me suis jamais regardée dans une glace mais je m'imaginais être une femme comme les autres. Là , j'ai voulu retrouver le plaisir de se promener en femme mais mes parents étant plus souvent à la maison, je ne pouvais plus le faire là. .../... Mon histoire commence vers 12/13 ans. Je découvre dans une pièce qui sert de débarras des vêtements (masculins et féminins) que ma mère avait laissé pour donner à des associations caritatives. J'y ai trouvé des jupes, chemisiers et soutien-gorge. Après avoir bloqué la po...
Plus tard, lorsque j'ai enfin pu payer mon premier loyer, j'essayais tout ce qui me venait à l'esprit: couette, sacs en plastic... .../... Puis j'ai traversé toute une période de chomage, formations, contrats précaires pendant lesquels mon penchant pour la féminité se poursuivit en pointillé. Je continuais à chercher ses sensations merveilleuses qui me troublaient tant. J'adorais les films en costume. Mais au lieu de m'identifier au héro, j'enviais la jeune femme en détresse qu'il défendait. Les belles robes à crinolines me faisaient rêver. Je voulais être cette princesse en robe de satin qui ouvrait le bal. Ou cette Sissi froufroutante. .../... elodieelodie (publié: 29-01-2005, 23:05 ) .../... Encore plus tard, j'ai découvert Internet. Je n'étais donc pas seule. Dans la foulé, je me suis achetée une nuisette pas correspondance? Jusqu'ici, je n'avais pas osé. Je me contentais de loucher sur les vitrines des boutiques. Ensuite, je me suis achetée une jupe longue ...
1) Le clown de service. Celui qui sort des " blagues à 0.30 Euros " à tout bout de champs. Certains disent que les clowns tristes finissent mal. .../... Un jour, vers mes 12 ans, alors que je recherchais un jeu de société dans un grand placard de la maison, à côté de ceux-ci je trouvais un sac rempli de collants que ma mère avait mis au rebut (elle les gardait pour mon père. Non pas qu'il les mettait mais parce qu'étant soigneux de ses vinyles et faisant de l'électronique amateur, il n'y a pas mieux pour attraper les petites poussières qui peuvent se poser sur le disque ou les circuits imprimés...). Le choc. Et dès que l'occasion m'en fut donné (en l'absence des parents) j'ai passé de longs moments à enfiler de nombreuses paires. .../... Il y a quelques mois, j'ai rencontré une autre femme. Beaucoup d'affinités, puis de l'amour, puis une rupture venant de moi seulement quelques jours après que nous soyons sortis ensemble réellement. La peur. Première relation ...
très bien . Je me suis fais épilée sur tout le corps ce qui très souffrant d'ailleur mais ça valait la peine faut souffrir pour être belle haha... Je me suis munie d'une garde-robe complète ... .../... Daniell .../... j'étais vraiment dans la vie.Tous ou prèsque ont acceptée mon état soit transgenre. Le plus important c'est que mon fils m'accepte .../... de me changé mais rien à faire je vivais comme dans une prison sans pour autant avoir commis un crime .J'ai 47 ans bientôt 48 .../... et je peux dire que je suis enfin heureux (se) Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve mais je prend la vie un jour à la fois avec les pour et les contres car il y a quand même des contres .Le plus difficile c'est de parlé à quelqu'un pour la première fois moi c'est une amie ( Nathalie ) qui m'a écouté et accepté qui ne m'a pas jugée , je la remercie du fond...
Je suis Fiona, déjà inscrite dans l'annuaire. J'ai commencé à aimer porter de la lingerie féminine depuis l'âge d'environ 8 à 10 ans. D'ailleurs, mes premières masturbations je les ai faites dans les slips en Nylon et dentelle de ma mère. Dès que j'avais le plaisir de rester seul chez moi, je faisais une razzia dans le tiroir à culottes ou dans le placard où elles étaient. .../... Un jour, je repérais chez ma tante de magnifique culottes rose en dentelle et Nylon en train de sécher, et m'arrangeais pour rester après que les autres soient partis. Je les enfilais les unes après les autres à la limite du malaise cardiaque. .../... Je suis allée quelque fois voir des prostituées qui m'ont traitée comme une petite salope que je suis. A l'heure où j'écris ces lignes je porte une paire de bas, un porte jarretelle et un magnifique mini slip noir, je me suis maquillée et rasée le torse, les aisselle et le pubis. Je n'ose encore me raser les jambes. .../... Chaque ...
Je fouillais aussi dans le panier à linge sale de la salle de bain, j'enfilais les sous-vêtements que je trouvais et je me donnais des plaisirs personnels. .../... Plusieurs fois j'ai mis toute ma garde-robe à la poubelle, par culpabilité ou parce que j'aménagais avec une nouvelle copine. .../... BiancaBianca (publié: 11-02-2005, 8:41 ) .../... C'est au cours des 10 dernières années que j'ai fait la connaissance de TVQ sur le web. J'y ai beaucoup appris et beaucoup tchatté, sans réellement faire de rencontres entre copines. Par le site TVQ, j'ai découvert l'art du maquillage et du manicure. .../... J'ai fait ma première sortie entre copines l'automne dernier, dans un petit bar de Longueuil. C'était un groupe organisé par Marie-Claude. J'ai adoré cela, les copines étant gentilles et indulgentes envers mes maladresses. Nous avons récidivé en janvier pour un souper dans un petit resto-bar du quartier gay, suivi du spectacle chez Mado. J'étais encore plus à l'ais...
Et mon goût pour tout ce qui était fémimin est allé en grandissant très très fort. Je me suis mise à porter des robes et tout ce qui vas avec. .../... Et jusqu'à présent ça c'est passé comme ça : je renonçais à la femme qui était en moi (non, c'est fini) mais Sandra revenait chaque fois à la charge (vous savez comment sont les filles quand elle veulent quelque chose :-). J'avais peur de voir arriver les vacances où les journées sans parents mais j'étais poussé par Sandra qui voulait s'extérioriser. Normal non ? Et je passe des journées et des nuits comme ça. J'étais si bien pour dormir avec cette légère robe de nuit si douce contre ma peaux et là, je pouvais me maquiller comme je voulais et tout et tout. J'ai même fait un petit tour avec ma voiture habillée comme ça : j'étais une fille quoi! (bien entendu, c'était la nuit car la nuit tous les chats sont gris). .../... J'ai souvent eu des regrets : t'aurais pas dû et ceci et cela... M...
Je crois que malheureusement nous subissons les conséquences de notre propre " machisme " et des siècles de tabous. Mais comme pour la lune, comme pour les travaux sur l'inconscient, comme pour les découvertes de ces vieux manuscrits, comme pour les mouvements féministes, le courant est en marche pour nous aussi. Et peut-être ce qui est encore malheureusement étiqueté comme une tare, comme une perversion ou tous ces autres qualificatifs que l'on rencontre généralement, peut-être que c'est justement aussi une des manifestations de ce courant. Et que certains d'entre nous, peut-être un peu plus sensibles et réceptifs, nous en ressentons les effets. Non, je ne crois pas que la nature se soit trompée, et je ne pense pas qu'il faille se lancer à corps perdu (le mot est venu tout seul) dans un processus de transformation vers le sexe opposé. Mais je crois que nous sommes invités à nous approcher, à apprivoiser ce féminin qui s'éveille en nous-mêmes. Souvenons-nous du ren...
A ce sujet j’ai parcouru sur divers sites de nombreux témoignages sur le cheminement de certaines. Ce qui me frappe c’est que dans la plupart des cas à part leur genre rien n’a changé indépendamment de rapports familiaux tendus ou compréhensifs ou du moins ne parlent elles pas du reste. .../... SoniaSonia (publié: 16-10-2004, 9:58 ) .../... Est-ce là trop demander ? Je reviens un bref instant sur les circonstances de la disparition de celle qui me guida un temps lors de mon expérience évoquée plus haut espérant que cela représente un intérêt. Elle a avoué un jour à ses parents sa personnalité et son désir de mener une vie normale mais en femme. Dans un premier temps elle a perdu son travail. Dans un deuxième ses parents petits bourgeois ont estimé qu’elle déraillait et l’on fait enfermer dans une maison de repos où elle était bourrée de calmants. Lorsqu’elle à voulu s’en échapper elle à pris sa voiture et s’est endormie au volant droguée co...
Sans trop d'hésitation, je me suis retrouvée vêtue d'une petite culotte et d'une brassière et je me regardais dans la glace à la fois heureuse et excitée de porter cette délicate lingerie. Au cours des années j'ai voulu cesser de me vêtir ainsi, mais le désir de me sentir femme en m'habillant de la sorte a été le plus fort. .../... BarbaraBarbara (publié: 02-11-2004, 10:41 ) .../... J'ai été très tôt attirée par les dessous. Tout débuta lors de séjours que je fis chez une de mes tantes Elle laissait à sécher dans la salle de bains soit une petite culotte ,une paire de bas ou encore une brassière. Quel plaisir j'avais à contempler cette belle lingerie et surtout comment résister au désir de caresser de mes doigts tremblants ces dessous affriolants. .../... Depuis peu, j'ai conclu que ce goût des dessous est inoffensif et puisque ma femme ne s'y oppose pas, je ne vois pas la raison qui m'amènerait à y renoncer. .../... ...
Mes amis d'adolescence (3 amis principaux, nous formions un quatuor très uni) étaient très populaires auprès des filles mais ils se sont orientés vers l'homosexualité. Quant à moi, j'ai eu plusieurs expériences heureuses avec des filles. J'aimais tout des filles, leur monde, leur sensualité, leurs vêtements, leur façon d'être... Je les enviais. .../... Je me souciais peu de l'opinion des gens ou même de mes voisins. Je me souviens d'une voisine, une dame d'un certain âge, qui me regardait sortir de chez moi moitié-homme, moitié-femme et qui n'osait pas m'adresser la parole. Comme je savais qu'elle était couturière, un jour je m'étais acheté un pantalon corsaire qui avait besoin d'ajustement. Je suis allé la voir et lui ai demandé si elle pouvait me l'ajuster. Elle fut surprise mais enchantée. .../... AvaAva (publié: 02-11-2004, 10:40 ) .../... Au début de la vingtaine, je suis déménagé à Montréal et mes amis s'épanouissaient maintenant dans un mil...
J'avais 13 ans 1/2 et, avec ma sœur de 12 ans, je dus partir en vacances à la campagne chez mes cousines : toutes deux avaient invité une amie. J'étais donc le seul garçon entouré de 5 filles. .../... "Tu es la plus jolie de nous toutes" me dit sérieusement une de mes cousines. Alors qu'un jour plus tôt, je me sentais comme un paria, j'étais à présent adopté(e) et très apprécié(e) . Lors de la toilette du soir, dans la cuisine, malgré la présence nouvelle de deux petites voisines (elles étaient donc 7 filles!), je me lavai slip baissé sans qu'on ait dû me le demander; et je n'entendis aucune moquerie. .../... Inexplicablement, je ressentis une joie et un bien-être en enfilant cette robe de nuit lilas. Les filles ne se moquaient pas : elles souriaient comme pour me faire comprendre que désormais, j'étais des leurs. Cette gentillesse me fut confirmée le lendemain lorsqu'elles voulurent se déguiser, avec de vieux vêtements retrouvés au grenier. Tandis qu'e...
Cela a commencé dès l’âge de 16 ans. J’ai toujours eu en moi, ce petit attrait féminin qui m’a poursuivi toute ma vie ; Je suis heureuse dès le matin quand je passe mes vêtements, soutien, bas, mini jupe, tee shirt à même la peau, talons, bracelets, et ma coiffure. .../... Anne KAnne K (publié: 02-11-2004, 10:33 ) .../... Un jour, en fin d’après-midi, il y avait un superbe couché de soleil donnant sur une vallée étendue. J’avais mon appareil photos sous la main et j’avais envie de prendre quelques clichés de cet endroit. J’ai pris mon appareil et je suis sortie de la voiture. Là où je prenais la photo, il n’y avait personne. A un moment, deux couples sont arrivés pour profiter du spectacle. J’ai gardé mon naturel et ces personnes ne se sont pas retournées sur moi. Quelle force j’ai quand je peux me promener comme cela. Je pensais aussi que cela passerait avec l’âge, mais rien du tout. Je crois qu’aujourd’hui, c’est pire que hier. ......
Et une dernière chose, la plus forte sans doutes, la plus rageuse: j'ai jetée à la poubelle tout mes sous-vêtements masculins, des t-shirt aux chaussettes. Sans regret, les larmes aux yeux en songeant à toutes les années où j'avais acceptée cela et tuée dans l'œuf toute mon attirance pour ce que je porte par exemple actuellement: Des jolies socquettes blanches, courtes, mais que personne ne voit - c'est le jeu, que de ne pas trop montrer qui puisse choquer les gens de mon travail- un string, et un collant, puisque je n'ai presque plus de pilosité sur le corps et qu'il fait froid. .../... Et alors que mes parents se sont séparés, j'ai eu à devenir un remplaçant de mon père auprès de ma mère, en dépression, et de mes frères et sœurs. Et j'ai définitivement enfoui ce que je ressentais pour mettre le masque d'un garçon, avec tout ce que cela implique d'assurance, de certitudes, etc. .../... Les choses ont bien sûr énormément changées. Premier point, mon com...
Puis il y a eu les restructurations. Je suis redevenue civile. J’ai continué à vivre plus ou moins dans ma cuirasse. Elle était usée et présentait malgré tout des faiblesses. Aujourd’hui, je suis fatiguée. Fatiguées de ne pas trouver de raison logique dans ce que je recherche. Fatiguée d’avoir cru à un miracle. Je me suis marié avec un femme charmante. Que j’aime, qui sait plus ou moins où je me situe. .../... Pourtant, je sents bien qu’il faut que je brise ce qu’il reste de mon cocon pour sortir femme au grand jour. Je sens que si je n’y parviens pas, je ne saurais plus continuer ainsi. Toi qui a réussit, qui en est sortie, guide moi s’il te plais. .../... Les plus gentils m’appelaient Rosalie ( ?) Pour les autres, tu dois te douter. Ce cirque a duré 4 ans. En secret, j’espérais un don du ciel. Une rectification de Dieu (Comme dans : ma vie en rose.) Au lieu de cela, ma voie a mué et mes poils ont poussé. Pour ce qui est de mes copines là au...
Vers l'âge de 7-8 ans à peu près, commence donc les premières crises de travestissement. J'allais voir dans les affaires de maman essayer ce qui pouvait m'aller. Tout cela discrètement bien entendu. Tout se passa bien dans le meilleur des mondes comme l'on dit. Malheureusement cela ne durera pas longtemps, ma descente aux enfers commença. Mon père sombra dans l'alcoolisme, ce qui entraîna le divorce de mes parents et donc séparation de corps. Ce qui ne m'empêchât nullement de continuer ma pratique. Vers l'âge de 7-8 ans toujours, ma mère me changea d'établissement scolaire pour me mettre dans une école religieuse catholique traditionnelle appelée " Institution de jeunes filles " dirigée par des religieuses et quelques vieilles filles laïques. Le seul but des ces écoles c'est de vous imposer une certaine culpabilité si vous n'obéissez pas à un certain ordre social : le leur. Ne voulant pas risquer une excommunication, il valait mieux ne rien dire et surtout ne rien...
Cette complicité entre ma grand-mère et moi dura de très nombreux mois. C'est ainsi que durant une semaine de vacances passée seul avec elle, à la campagne, je me retrouvai tous les jours en robe ou en petite jupe. Mes cheveux descendaient jusqu'au milieu du dos et à son plus grand plaisir, ma grand-mère reçut mille compliments sur la politesse et le beauté de sa petite-fille. Quant à moi, je me plaisais de plus en plus en fille. A près de quatorze ans, j'étais encore imberbe et ma voix n'avait pas mué : l'illusion était parfaite. Un jour, une commerçante me demanda mon nom, et ma grand-mère répondit tout de suite :"Bastienne". Elle ne mentait pas. A la chorale, je chantais toujours mon rôle et les applaudissements que je recueillais, alors que j'étais habillé en fille m'inondaient de joie. .../... BastienneBastienne (publié: 02-11-2004, 10:41 ) .../... A l'âge de 12 ans, je chantais dans une chorale de garçons. Ma voix de soprano me valut d'être désigné ...
Tout a commencer vers l4 ans lorsque j’ai découvert dans un tiroir les culottes stg de ma cousine qui avait le même âge que moi . Les toucher, les regarder me donnait énormément de plaisirs. Un jour, je lui ai emprunter une petite culotte rose ai j’ai osé la mettre. Quelle révélation. J’adorai sentir ce tissus sur moi, me voir avec cette tenue. Je lui en ai emprunter pendant quelques années. Plus tard vers 20 ans, lors d’une relation sexuelle avec une très bonne copine le matin ne trouvant plus mon slip de garçon, elle me dit : prend une des miennes. Quels plaisirs de se montrer devant elle avec cette culotte. C’était la première personne qui me regardait dans cette tenue. .../... Je découvris de la lingerie très coquine osée, string ficelle ,bas porte jarretelle, stg transparent etc. Bien sûr que je m’empressai d’emprunter. Voilà, aujourd’hui, je vis tout cela en cachette lorsque ma femme est absente comme en ce moment je me transforme en femme, ce...
Je commeçai à m'habiller en femme dans ma salle de bain: collant noir, jupe rose... Tous les jours (quasiment). Puis le jour de mes 16 ans, ma mère m'offrit une lampe de poche..... c'est à partir de se moment la que je commençais à devenir bi! .../... Je me fis opérer (totale) et je changeai de prénom qui passa de Olivier à Olivia. .../... Je lisais les catalogues VPC :la page lingerie! J'adorais la lingerie et quand une fille de ma classe portait une jupe, ça m'excitait énormément. J'avais 14 ans. .../... Maintenant je suis une femme aux yeux de tout le monde. Je ramène des copains à la maison ( ma mère en profite). Depuis que je suis Olivia, ma mère et moi somme les femmes les plus unies. .../... Je m'en rappellerai toute ma vie. J'avais fini de m'habiller, je portais une jupe rose, des bas gris fumée, des talons hauts, un pull blanc à grosses mailles, un string de ma mère et un soutien gorge bourrer de chaussettes. La perruque rousse le maquillages, ca y'...
Ma mère a eu comme aîné un garçon, et naturellement comme deuxième enfant une fille devait arriver. Alors déjà le prénom était choisi : ce serait Catherine. Ma mère avait sûrement fortement espérer cette fille. A l'époque, les échographies n'existaient pas. Il fallait attendre la naissance pour connaître le sexe de l'enfant. Pas de chance, la fille avait un zizi. Mon père devait déclarer la naissance à l'état civil. Il fallait donc trouver un prénom rapidement, car Catherine ne pouvait être choisi et la possibilité d'avoir un garçon n'avait pas été envisagé. Jean fut choisi. .../... Plusieurs fois j'ai jeté ces vêtements à la poubelle. A chaque fois le naturel est revenu au galop. J'ai continué cette double vie longtemps, très longtemps, trop longtemps. Pour des raisons professionnelles et aussi pour mettre un terme à cet état de fait, j'ai émis l'idée de partir loin de la mère patrie. Ce que je ne savais pas, c'est que mon épouse avait aperçu pa...
Arriver au secondaire, je m'étais jurer étant donné les souffrances vécue de refouler tout comportement juger efféminé. Je devais me constituer un groupe d'amis. .../... Tiraillée entre la honte et l'envie, pas facile à vivre. Jusqu'au jour où voyant bien que plus rien ne marchait dans ma vie , je me décidai d'aller chercher de l'information. Quel meilleur endroit qu'internet. C'est là que je trouvai TVQ. Quel soulagement ce fut de voir que je n'étais plus seule. En même temps j'ai trouvé un site de sexologie universitaire très bon, en passant cela s'appelle Elysa. Je me résolut à leur écrire pour poser quelques questions. On me recommanda une sexologue spécialisée dans le transsexualisme. On commença l'analyse de mon cas. Peu à peu, je revivais de jours en jour. Je décidai finalement de me lancer sur la voie avec confiance. Je finirais mes étude pour ensuite me diriger en design de la mode. Quel meilleur endroit pour un futur transexuel pour évoluer. Pas de ...
"On va voir si tu as été bien sage !" Des mains habilles inspectèrent tous mes liens qui, par bonheur, étaient toujours aussi serrés. On me détacha mais on me laissa les mains liées dans le dos et le foulard qui m'aveuglait. A bientôt. Je vous embrasse toutes... .../... Ma sœur me prit par la main et nous nous retrouvâmes au grenier, devant une grande corbeille en osier, pleine de vêtements de femme. Ma sœur fouilla et retira une combinaison noire avec de mignonnes petites dentelles... "Voilà pour toi !". Je pris la combinaison et je respirai son doux parfum. Je fus éblouie par la douceur du tissus. Je me souviens qu'à ce moment précis quelque chose bascula dans ma tête, j'étais enivrée de sensualité. Une puissante voix intérieure me disait: "Tu dois être une FEMME !". Mon cœur se mit à battre... Ma sœur aperçu combien j'étais troublée. Elle me retira la combinaison en me demandant de rester calme: je ne devais pas avoir peur, tout ira bien... .../... Bo...
Une fois rendu à son appartement elle alla directement dans sa chambre à coucher et sorti de son bureau un short en jean bleu délavé qu'elle déposa sur le lit. Elle me dit alors que pendant qu'elle allait prendre sa douche d'aller essayer le short et de voir si il pouvait me dépanner. Une fois rendu dans sa chambre à coucher je vis sur le lit le fameux short mais tout à côté il y avait un Body Noir lustré, une paire de bas-culotte noir, une petite culotte noire, ainsi qu'un soutient gorge du même tissus que la petite culotte. .../... J'acceptais donc de me prêter à ce caprice et c'est alors qu'elle commenca à me maquiller, ensuite à me poser des faux ongles d'un rouge éclatant et du même coup me posa sur la tête une belle perruque blonde. C'est alors que je me sentis si bien dans ma seconde peau que je commencais à avoir une érection. .../... Une fois rendu chez elle elle me fit promettre de revenir la voir et qu'elle me réserverait d'autres surprises tout aus...
Voilà, mon histoire ressemble à tant d'autres mais ça fait toujours du bien de se confier et de savoir que l'on est pas toute seule. Merci à toutes les copines ont eu le courage de me lire jusqu'au bout ! .../... Vers la fin de mes études je me suis décidée à acheter des vêtements féminins pour constituer ma garde robe, mais n'ayant pas le courage d'aller dans les boutiques j'ai acheté par correspondance. J'avais tout calculé pour que tout soit livré avant la fin de mes congés en croisant les doigts pour que le colis ne tombe pas entre les mains de mes parents. J'avais commandé une jupe droite avec un chemisier, des escarpins à talons hauts vernis, des culottes, porte jarretelles, bas et soutien gorge. Autant vous dire que si mes parents découvraient cela, je n'étais absolument pas en mesure de leur fournir une explication viable ! Manque de chance ma commande était livrée partiellement et je ne savais pas quand allait arriver le reste. .../... Il m'est diffic...
Je devenais rouge de honte, mais heureux de la compréhension de ma tante. On a discuté ensemble et elle comprenait mon problème. Elle allait essayer d'en parler à mes parents ? (Nous sommes en 1958 ! - Chez ces gens là Monsieur ?...) .../... Quelques années plus tard, mes parents ont choisi une femme pour leur fils, j'ai accepté. je me suis marié, et aujourd'hui, je fantasme encore de ce trop court moment de ma vie ou je m'appelais "Ophélie" ! .../... Certains jours en se promenant, le vent balayait ces jupons, que j'essayais de retenir pour ne pas dévoiler ma petite culotte de dentelle. J'étais une belle demoiselle de presque 18 ans ! On a passé de belles journées à deux. On se parlait et elle me comprenait. Même au restaurant, où elle m'amena plusieurs soirs, j'étais prise pour une fille ! C'est vrai que j'avais un visage très fin, une belle robe, sous laquelle on devinait les dentelles de mon soutien-gorge, et puis, ma tante passait un bon moment pour me maquill...
Samedi 7h00 Le réveil vient de sonner et je sors du sommeil dans lequel je venais de plonger quelques heures auparavant, dieu que j'ai eu du mal à m endormir cette nuit, j'ai repensé à tout de longs moments, tout repeser, tout réévalué et lorsque je suis arrivée à la conclusion j'etait sure d'avoir fait le bon choix. J'ouvre les rideaux et la fenêtre de mon petit appartement de deux pièces sous les toits de l'île Saint-Louis et je regarde le soleil enflammer les tours de Notre Dame. Café au lait, rien d'autre ne passe et direction la salle de bain, au passage je jette un œil sur la robe pendue devant l'armoire quelle est belle toute blanche, évasée en bas, avec de la dentelle partout, un décolleté pas trop provocant, nous l'avons choisie ensemble Camille et moi ainsi que les dessous à la blancheur moirée de la soie sauvage. Samedi 8h00 Je sors du bain dans lequel je me suis délassée un moment, vite le miroir, j'ai devant moi une jeune femme mince assez grande 1m80...
En fait, je me suis mariée très tardivement et j'ai offert à ma femme tous les vêtements que je rêvais pour moi. Je possédais peu de vêtements, car les vêtements d'hommes ne trouvaient pas grâce à mes yeux. Ma femme a tenté de combler ce défaut. Mais petit à petit, j'ai acheté les mêmes vêtements qu'elle avec elle. Aujourd'hui, je n'achète plus que des vêtements féminins, même très féminins. Cette saison, je n'ai plus acheté aucun vêtement masculin et j'ai même acheté ma première jupe et mes premières vraies chaussures de femme (jusqu'à présent mon choix se portait sur des chaussures mixtes à tendance féminine). Nous avons également acheté la même veste en fausse fourrure à capuche, une brune pour moi et une crème pour ma femme. Il faut dire que j'adore tout ce qui est fourrure (vraie ou fausse). Ainsi depuis quelques années, nous (ma femme et moi) sommes très souvent habillées à l'identique. Ma femme n'ignore pas mon penchant et y participe plu...
À la veille de mes trente ans, devant mon incapacité de satisfaire sexuellement mon épouse, j'ai donc voulu vérifier moi aussi où j'en étais, côté orientation sexuelle. J'aurais pu, bien sûr, commencer par tester dans les bars de rencontre ma performance avec d'autres femmes. Mais j'avais peur de l'échec, je crois. Et c'est tellement plus facile dans le milieu gai! .../... Quelques semaines plus tard, dans une boutique de lingerie érotique, je recommençais ma collection avec un corselet de lycra noir et des bas! C'est aussi ce même hiver que j'ai passé mes premières (et seules) vacances «en femme». Trois jours dans un chalet, à dormir en robe de nuit, à porter la jupe du matin jusqu'au soir à l'intérieur, et même sous mon manteau long lorsque j'osais sortir. La «guérison» n'aura été qu'une brève illusion et j'ai compris depuis que j'allais toujours vivre avec cette étrange dichotomie au coeur même de ce que je suis. .../... Alors que j'apprenais à dé...
Depuis trois ans, je vis de nouveau avec une fille et ma vie sociale va, ça ne peut pas être mieux. Mais tout bonheur a un revers de médaille. Elle me reproche que j'occupe trop de temps avec mes propres intérêts et pas assez pour elle tant au niveau sociale qu' affectif (il faut dire que je suis quelqu'un d'assez ambitieux et que je passe beaucoup de temps chez moi à travailler ou à essayer de travailler, parce que Jasmine me demande aussi pas mal de temps pour m'occuper d' elle ( il y a maintenant près de deux ans, j'ai donné un nom à la femme en moi et j'aime beaucoup "Jasmine". )). Bien sûr , il faudrait maintenant dans le couple commencer à penser, de vivre ensemble, mariage, avoir des enfants etc. mais je ne me sens pas prêt pour ça. Est-ce que je me sentirai prêt un jour pour ça? Je ne sais pas si j'arriverai un jour à mettre ensemble ces pièces éparpilés du puzzle que je suis. .../... Si vous avez eu le courage d'arriver jusqu'ici, je vous remer...
Mes préférés étaient un slip de dentelle noire, un soutien gorge couleur chair qui me faisait une grosse poitrine, une paire de collant , une nuisette blanche et une robe verte à la texture très douce qui m'excitait par contact. Je poussais le rafinement jusqu'à porter des serviettes périodiques. Je me promenais en femme dans la maison quand mes parents étaient partis. Je me masturbais, en me regardant dans la grande glace, affolée par le contact des vêtements féminins sur ma peau, et par mon image de femme désirable. J'en tirais une jouissance très intense, sans me poser de questions et sans honte particulière. .../... CélineCéline (publié: 16-10-2004, 9:27 ) .../... Quand j'ai commencé à fréquenter les filles, j'ai arrêté peu à peu sans y faire attention. Maintenant je suis marié. Il y a quelques années, des fantasmes très forts sont revenus. Je me suis sentie femme. J'ai acheté un slip et un soutien gorge de dentelle blanche, et j'ai retrouvé avec, les...
Maintenant je vis seule et je sors au grand jour sans pour autant provoquer les gens autour de moi. Je ne suis pas genre Drag-queen... Bref, je m'arrête là pour le reste j'attends de vos nouvelles. .../... Salut à toutes, je vous écris de Suisse. J'ai 36 ans et j'aime la vie au féminin comme au masculin. .../... Depuis l'âge de 17 ans, je me travesti de manière un peu épisodique. Je n'arrivais pas à rencontrer une compagne prête à partager ma féminité et je vivais cela très mal. L'année 87 a été pour moi une révélation. Ma compagne de l'époque ne voulait pas entendre parler de mon autre manière d'être. La vie étant bien faite, j'ai eu l'occasion de rencontre une transexuelle qui rien que par ses paroles et son goût pour la vie m'a permis de faire le pas. .../... ChristelleChristelle (publié: 16-10-2004, 9:28 ) .../... ...
Maryse PMaryse P (publié: 16-10-2004, 9:46 ) .../... Vous imaginez à quoi j'ai pensé? Je sais ce n'est pas bien mais je n'ai pu m'empêcher. Ce qui devait arriver arriva, je me suis retrouvé seul devant la garde-robe de Mireille. Le paradis sur terre. Des tonnes de jupes, blouses, brassières, souliers, ..et surtout plein de bas de nylons de tous les styles. Je me suis amusé a enfiler et retirer chacun de ses collants, elle en possédait 43 paires. En plus des tons réguliers, elle avait des collants de couleurs plutôt rares: jaunes, roses, mauves et verts pâles. Sa collection de souliers était également impressionnantes... .../... J'ai toujours eu un faible pour les femmes matures très féminines, celles qui portent le bas de nylon quotidiennement. Je me souvent d'un ami d'enfance dont la mère attirait souvent mon regard. Sa mère s'appelait Mireille et était tout ce qu'il y a de plus féminin. .../... J'aimais me rendre chez mon copain car celle-ci laissait souvent une...
Christiane de QuébecChristiane de Québec (publié: 16-10-2004, 9:28 ) .../... Je n'ai jamais osé sortir dehors... la peur, le tract, la trouille...j'ai bien essayé de rencontrer des copines chez Cléopâtre, mais c'est difficile... Elles n'ont guère le temps à perdre pour aider une gourde à sortir de sa coquille... Alors, pour ce qui est de m'aider à choisir une perruque et faire les premiers pas avec moi... Alors j'hésite... je voudrais mais j'ai peur... j'ai besoin de soutien, mais ne sais pas à qui m'adresser... .../... Aussi loin que je remonte dans mon enfance, j'ai toujours été attiré(e) par les vêtements féminins. Je me souviens, à 5 ans, j'étais en visite au chalet de mon ami, et j'avais trouvé dans la commode le short de sa soeur ainsi que des chaussettes. Je m'étais bien sûr dépêché(e) d'essayer le tout. Plus tard, ce fut les sous-vêtements de ma soeur puis ceux d'une femme dont je pelletais la galerie l'hiver et coupais le gazon l'été. J'avais hon...
Je crois que cette curieuse idée de m’habiller en fille m’est venu quand j’avais à peu près 8 ans. Je commençais déjà à remarquer la façon dont les filles de mon âge s’habillaient et se maquillaient à l’école. J’étais presque rendu jaloux de ces belles petites jupes, robes ou tout autres vêtements féminins qu’elles portaient au point qu’une fois j’ai demandé à une amie de me prêter une jupe et une paire de collant. Vous imaginez sa réaction! Elle a rit de moi en me traitant de « fille ». .../... À 19 ans je décidais de suivre ma sœur en quittant à mon tour le nid familial. J’avais choisis d’aller étudier en dehors non seulement pour continuer mes études mais aussi c’était un occasion pour moi d’expérimenter de nouvelles choses que je n’osais faire dans mon quartier. .../... Maintenant ça fait déjà 2 ans que j’habite avec ma copine. Elle sait pour mes expériences et mes aventures; elle me comprend. Quand on se retrouve ...
Il m'est arrivée quelques fois de sortir en femme. J'ai été pendant un certain temps en chômage, et pendant que ma conjointe travaillait, j'allais me balader vêtue en femme. Mais je n'étais pas des plus audacieuses, je me baladais en voiture. Alors, le plus loin que j'ai marché, c'est de ma porte d'entrée à ma voiture (environ 100 pieds). Quoique... je me souviens d'une fois où je me suis rendue à une station service, et j'ai fais le plein de mon auto. Mais attention, j'avais choisis un endroit où l'on pouvait payer directement à la pompe par carte de crédit. .../... JoséeJosée (publié: 16-10-2004, 9:40 ) .../... Depuis ce temps (j'ai maintenant 24 ans), il m'est arrivée quelques fois de me débarrasser de mes trésors. Le plus souvent, ça arrivait lorsque quelqu'un était passé près de découvrir par hasard l'endroit où je cachais toutes ces choses. Je ne suis pas encore prête à révéler mes secrets à mes proches. Mais grâce à un site comme celui-ci, je p...
Ce n’est que quelques semaines plus tard que nous nous sommes rendues compte que les risques pour notre couple viendraient d’abord de l’intérieur. Nous avons commencé à nous poser plus de questions: jusqu’où cela pouvait-il nous mener; Steffy allait elle pouvoir se contenter de vivre en dehors de la présence de Vicky, même avec son consentement? La pression sociale inculquée par notre éducation ne serait-elle pas trop forte pour Vicky? .../... Les études secondaires se terminèrent ainsi sans trop de soucis. .../... Enfin les slows! Avec beaucoup de pudeur, insensiblement je resserrais mes bras autour d’elle. La musique devenait de plus en plus émotionnante. "C’est extra", "Nights in white satin" et "A poor men moody blues" nous emmenaient progressivement vers le monde où les mots ne sont plus nécessaires, où les regards se touchent, où les mains se parlent… Il faut lui dire que je l’aime, mais comment, je ne suis pas prêt, j’ai trop peur. .../....
Août 1955, en lorraine, (350 Km à l'est de Paris) Un hurlement se perd dans la nuit. Il vient du plus profond de la gorge de ma mère: elle vient d'accoucher dans la douleur, et c'est un garçon. .../... Je ne sais pas par où commencer, pour relater ces épisodes de ma vie... .../... J'ai attendu vingt ans avant de réitérer l'expérience, faut croire qu'il m'a fait vraiment peur...(J'ai haïs mon père jusqu'en quatre-vingt-dix, jusqu'à quelques mois de sa mort, mais Dieu ne m'a pas permis de le laissé partir sans lui pardonner, et je l'ai fait sincèrement) .../... Donc, je viens au monde le 11 août 1955 à Nancy. J'ai trois frères, mais aussi une soeur (Dieu a voulu alléger mon fardeau) .../... Ils m'ont appelé Sylvain. Je hais ce prénom. Je suis roux, délicat et fragile. .../... Durant des années, je conserverai cette aspect androgyne qui agace tant tous les mâles de la famille, qu'il s'agisse de mon père, mes frères, mes oncles(si proches chez nous) et leurs f...
A la fin de la semaine je vais partir en vacances, je vous laisse ce petit texte en attendant mon retour vers le 23 Août. J'aimerais prolonger ce débat pour déboucher sur quelque chose de concret. Je ne peux pas "chatter" car je travaille derrière un proxy qui n'accepte pas ce genre d'activité. .../... Surtout, mes amies, mes compagnes, ne le prennez pas mal ! Loin de moi toute critique ou jugement. Je pense seulement que la souffrance n'engendre que la souffrance et que notre façon d'être pourrait créer plus de joie. Et qu'engendre la joie ? .../... Je veux donner aussi. Je pense que le monde est intelligent, que le hasard n'existe pas et que TOUT A UN SENS. Il faut trouver le sens et tout s'éclaire. Je suis femme depuis très longtemps... Non amies et amis, depuis plus longtemps encore et, qui sait, vous aussi. .../... Depuis, je suis allé sur le Web et j'ai eu l'idée de taper le mot "Travestis" dans un moteur de recherches et là TVQ, évidemment. .../... Et s...
SandrineSandrine (publié: 02-11-2004, 10:26 ) .../... Lorsque je sens ces vêtements sur moi, je ferme les yeux et je suis femme. Je me crois en robe, maquillée et avec des chaussures à haut talon. Mais le rêve n'est pas long parce que le travail appelle. .../... Lorsque Sandrine ferme les yeux. Le matin avant de partir au bureau, après ma toilette, je réflechis à ce que je vais mettre et comment je pourrais être femme en étant, vers l'exterieur, homme en pantalon et chemise pullover. J´ouvre mon tiroir avec ma collection de dessous et je choisis des dessous très fins qui me rappellent que je suis femme, que je me sens telle quelle. .../... J'ai une collection assez importante en sg, pj et bas, de petites chemisettes en dentelles et des bas dans différentes couleurs. J'aime choisir le matin et je prends mon temps, du noir, du rouge ou du rose . .../... Ma secrétaire est assez jeune (25 ans). Je l'observe losqu'elle marche, elle parle, lorsqu´elle se maquille. Elle ...
Dès mon entrée à l'école primaire, comparé aux manières frustres de mes compagnons de classe, je passais pour un garçon à part. Et pour ne pas aider ma cause, j'avais une constitution délicate et un visage très fin. Le tout m'occasionna tous les sobriquets que l'on peut donner à un garçon pour le blesser. En troisième anné lors du spectacle des Fêtes organisé par l'école, il y avait une petite scène représantant une ancienne école de rang mixe. Comme je fréquentais une école réservée strictement aux garçons, je fus choisi avec quelques autres pour jouer le rôle des filles. Tout ça pour dire que j'avais le physique de l'emploi. .../... Je suis né dans un petit village près de Sherbrook. Mes parents faisaient partie de ce que l'on pourrait appeler les notables du village. Mon père était médecin, pour ne pas dire le "médecin du village" (il ne pratique plus) et ma chère mère faisait partie de toutes les organisations sociales de la paroisse lorsqu'elle ...
Vers l'âge de 13 ans j'ai lu dans un magazine féminin de ma mère l'histoire d'un travesti qui racontait ses débuts. .../... J'ai aujourd'hui 26 ans et je suis Claire régulièrement surtout quand je visite ce site. .../... J'ai aujourd'hui ma propre garde robe depuis 4 mois ainsi qu'un jolie perruque. Je suis particulièrement folle des talons aiguilles (6 paires à ce jour) des bas à coutures et du look BCBG. Cependant je rêve depuis quelques temps d'une tenue de soubrette et de jolies robes "sissies". .../... Après bien des hésitations, je me lance moi aussi et vous apporte ma petite histoire qui doit être similaire à celles de beaucoup de consœurs. .../... Ma mère possédait une guêpière noire et son string ainsi qu'un joli ensemble de dentelle blanche et le summum : des bas noirs à coutures! La guêpière le string et les bas furent enfilés dans un état d'excitation intense et pour l'occasion je passais en plus des habituels escarpins un tailleur rouge....
Le raisonnement d'un enfant est souvent étrange. Pour contourner le problème, je me mis à m'imaginer être une femme me faisant caresser par un homme. Puisque tout était imaginaire, il ne pouvait donc pas y avoir de péché réel! C'est formidable n'est-ce pas ? A partir de cette époque, je me couchai le soir en phantasmant dans le sexe opposé. .../... Depuis plus de trente ans, je m'amusais à être une femme dans mes rêves et je portais, en imagination, des robes et tout ce qui va avec... Et un jour, j'ai voulu en avoir le coeur net. Dans la réalité, était-ce si agréable? J'ai commandé par catalogue, ma première robe et mon premier soutien-gorge et je me suis acheté un bâton de rouge à lèvres. Quand je me suis habillée et maquillée pour la première fois, j'avais en rêve, déjà plus de trente ans d'expérience dans le monde des jupons et le tout s'est fait naturellement. .../... Mes parents étaient très religieux et avaient un sens très aigu de la morale. D...
MarilynMarilyn (publié: 02-11-2004, 10:28 ) .../... Mon adolescence se passa sans trop de problèmes. J’étais ce que l'on appelait un gentil garçon, toujours d'humeur égale et détestant les jeux violents, le sport n'en parlons pas j'étais hermétique le fait de se retrouver dans un vestiaire me glaçait les sangs. Pudique qu'elle était la petite, par contre j'adorais la natation et en fit mon sport favori, le fait qu'il soit pratiqué en individuel me plaisait et par-dessous tout le contact de l'eau était pour moi source de plaisir bref, je me sentais bien. .../... Le petit a grandi et comble de bonheur il est aussi tolérant que son "père-mère". Donc vous me direz tout va bien :Et non car ma moitié fit une dépression nerveuse et depuis Marilyn fut mise carrément au rebus. A partir de ce moment, les moindres moments volés à ma féminité perdue étaient vitaux, ne serait-ce que pour mon équilibre et une double vie s'instaura tant bien que mal plutôt mal que bien. ...
Je ne pourrais jamais sortir travesti, car la nature en a décidé autrement. Je mesure 190 cm ou 6.3" et pèse 92 kilogramme ou 180 livres, mais je vis ma féminité en privé avec ma copine, qui a compris ma situation ,et qui même en joue maintenant avec délice... .../... Par la suite, j'ai porté des collants de ma mère, de ma soeur ,et des mères de copains. Plus c'était difficile et plus cela m'excitait. Maintenant, j'ai 32 ans, je suis épilé entièrement. Je porte des collants, des jupes, des talons, des strings... et tout se passe à merveille. .../... Cela a commencer à 10 ans par un jeu (comme beaucoup) de déguisement pour un carnaval. Mes cousins et moi, nous nous sommes travestis. Mon père (très sévère) n'a pas du tout apprécié notre petit jeu et ce fut un orage qui s’abattit sur moi, mais le pli était pris. .../... MarcMarc (publié: 16-10-2004, 9:45 ) .../... Je me suis reconnu à plusieurs reprises dans toutes vos histoires, et vous remercie d'exister...
Quand j'ai commencé à travailler l'été et à pouvoir me déplacer avec l'auto familiale, je me suis vite empressé d'aller acheter mes premiers vêtements. A cette époque je devais avoir 18 ans et les quelque aventures aves des filles n'étaient généralement pas assez sérieuse pour que je leur parle de mon engoument pour leurs vêtements. Par la suite, j'ai eu trois filles avec qui j'ai partagé mon secret. (Si le besoin est je reviendrai plus tard avec les détails de chacune des histoires.) .../... Pendant plusieurs années ce fut mon tripe de porter les vêtements de mes soeurs et de ma mère en cachette dans la salle de bain. Puis quand je fut assez grand pour rester seul à la maison, mon répertoire s'agrandit dans les garde-robes et les tiroirs des femmes de la maison. A cette époque je devais avoir 10 ou 12 ans et mes soeur 17 et 18 ans, donc tous leurs vêtements me faisaient très bien. Un jour que je jouais dans le grenier, j'ai trouvé une boite de vêtements de m...
Histoire de ma découverte. J'avais environs 12 ans lorsqu'une nuit j'ai rêver de moi mais comme étant une fille. Je me voyais dans mon rêve debout sur un trottoir attendant quelqu'un quelque chose je ne sais trop en n'étant vêtue d'un ensemble blazer noir et une jupe a demi cuisses et a mes pieds je remarquais une paire de souliers a talons hauts d'environ 4pces qui faisait cambré mes pieds par en avant. Je ressentais de la douleur a mes pieds mais cette douleur était si douce et plaisante qu'elle ne me dérangeait pas vraiment à rester debout. Ce qui m'a frappé le plus ce fut la sensation du soutien-gorge dans mon dos c'était agréable et très excitant de le sentir, il me donnait même, si dans mon fort intérieur de ce rêve je savais que je n'étais pas une fille que je ne pouvait faire autrement que d'en n'être une, et de me voir ainsi vêtue je ne pouvais réagir autrement que si j'en n'étais une. .../... A mon réveille je me souvenais de ce rêve comme si j'y ét...
Vers l'âge de 25 ans, je n'en pouvais plus de mon corps masculin. Je cherchais vainement des renseignements sur une transformation éventuelle. À cette époque, l'opinion publique était très négative contre tout ce qui est travesti (quel mot laid pour décrire une si belle chose). Je n'avais (et je n'ai toujours pas) une attirance pour les hommes. Je me sentais coincée. .../... À cause de toutes sortes de choses, je n'ai pas eu l'énergie et le courage d'aller jusqu'au bout de mon désir. Je ne connaissais pas de ressources pouvant m'aider et j'avais peur de passer pour folle ou déviée. Je trouvais les gens tellement peu évolués et tellement méchants. Je regrette de ne pas être allée jusqu'au bout. Je vis avec une compagne qui est extraordinaire. Nous nous entendons bien et elle comprend ma nature féminine. Je porte constament un petit quelque chose de féminin. Un sac, une belle paire de bas de nylon, une culotte affriolante. Je fais très attention car j'ai beaucoup...
RipleyRipley (publié: 16-10-2004, 9:57 ) .../... Un soir, trois officiers de haut grade pris de boisson firent irruption dans ma chambre et me trouvèrent dans la tenue que vous devinez. Quand ils me virent ainsi parée, ils se ruèrent sur moi et après m'avoir frappée au visage et sur tout le corps; puis, tour à tour ils me violèrent... .../... En 1962, mon père adoptif décéda d'un arrêt du coeur et quelques mois plus tard nous partîmes nous installer à Paris et ma mère adoptive se remaria. J'eus quelques moments privilégiés là aussi mais, à la longue des doutes s'insinuèrent dans les pensées de la famille. Ayant fait des études moyennes, on me fit devancer l'appel et en Septembre 1968 je me retrouvai à l'armée. Je devais y rester jusquà cette terrible nuit de Février 1969... .../... J'eus des gouvernantes qui aimaient m'habiller en petite fille dès que mes parents adoptifs avaient le dos tourné. Il est évident que très tôt j'y pris un ...
Ce temps où je j'écris j'ai mis des soutiens gorges que je porte depuis longtemps. Seule ma femme, qui travaille dans une autre ville, le sait. Dans le travail, je cache ma poitrine, il fait froid… .../... J'aime avoir des informations sur des noms de médicaments (Hormones pour agrandir les seins) .../... Je m'appelle Sarah, j'ai 39 ans et je me sens très féminine. Je vous raconte mon histoire: dès l'age de 6 ans, j'étais un petit garçon très mignon, un autre petit garçon dans la cité me prenait pour sa petite copine. Je me rappelle une fois en jouant, il m'a dit de m'allonger sur mon ventre dans un petit jardin. Déshabillée, il s'est mis sur moi et il m'a pénétré (j'étais très heureuse). Une passante nous a vu, mais a fait semblant de ne rien voir parce que nous étions très jeune. .../... Plus tard lorsque j'avais 16 ans, les garçons m'adoraient, j'étais féminine. De temps en temps je marchais comme une fille. J'adorais les habits de femme mais j'en m...
Pour patienter, nous décidons d’aller prendre un verre et après le repas, nous prenons la direction de la chambre. Elle se trouve au troisième étage sans ascenseur et surtout sans prise de courant adaptée au rasoir de Wendy! Pas de panique, le convertisseur est trouvé dans un magasin proche... Deuxième surprise: le pot de fard à paupières qui s’est vidé dans la trousse de maquillage pendant le trajet (quel travail !). Relax... Je ne sais si Arta le ressent, mais le trac de Wendy ne cesse d’augmenter. Heureusement, il est présent et permet de ses doigts magiques la transformation tant attendue. .../... Le grand moment est enfin arrivé. La sortie se passe sans encombre et me vaut un compliment de l’employé de l'hôtel. Il se retient de me draguer suite à la présence d’Arta. Faut-il le croire? Peu importe, c’est plaisant à entendre. Et nous voilà partis vers la station de taxis. .../... Avant d’aboutir au pub, nous sommes passés au bureau de réservation ...
Tout a commencer vers l4 ans lorsque j’ai découvert dans un tiroir les culottes stg de ma cousine qui avait le même âge que moi . Les toucher, les regarder me donnait énormément de plaisirs. Un jour, je lui ai emprunter une petite culotte rose ai j’ai osé la mettre. Quelle révélation. J’adorai sentir ce tissus sur moi, me voir avec cette tenue. Je lui en ai emprunter pendant quelques années. Plus tard vers 20 ans, lors d’une relation sexuelle avec une très bonne copine le matin ne trouvant plus mon slip de garçon, elle me dit : prend une des miennes. Quels plaisirs de se montrer devant elle avec cette culotte. C’était la première personne qui me regardait dans cette tenue. .../... Après ça, je me fournissais chez des copines, me débrouillais pour rentrer dans leur chambre et fouillais dans leur tiroirs. En 89 je me marie mais ce besoin d’être une femme disparu quelques temps pour revenir plus vite et plus intense .J e me contentais pas de dessous uniquemen...
Je vous donnerais des nouvelles dès que j’aurais franchi le pas de la vie en femme en permanence au début 1999. Avec toutes mes pensées à toutes, je vous embrasse bien fort. .../... Il y a 4 mois, je suis allée consulter un médecin psychiâtre, 3 premières consultations et des tests de personnalité chez une psychologue, m'ont permis enfin de mettre à plat mon problème, et de le reconnaître comme une réalité et non pas comme un fantasme uniquement. Mon épouse à également été entendue par mon médecin. De penser, d'imaginer être une femme est une chose, mais de se retrouver devant le médecin et de lui étaler le problème en est une autre. Être face à cette réalité que l'on est un homme qui veut être une femme, et de devoir le formuler clairement, dire que notre démarche est d'aller vers un changement de sexe est quelque chose que je n'aurais jamais pensé oser dire un jour. .../... La transformation, j'y ai pensé très souvent, mais la cu...
Oui je suis et homme et j’aime me maquiller. Non quand je croise le regard maquillé d’une femme ce n’est pas le désir de la possession qui m’anime mais celui de la fusion dans un être à jamais inaccessible. Mais j’aimerai aussi tant pouvoir dire crier cet homme qui désirait tant être femme. Pas moi. Au-delà de ma petite personne. Ou plutôt moi, accepter d’être cette femme mais pas pour moi, par pour ma petite personne pour la poésie. Pour habiter toutes celles et ceux qui peuvent comprendre ces mots. Je ne suis rien. Rien qu’une femme prisonnière dans le corps d’un homme, à jamais, condamnée pour cela au silence éternel du tabou. Qui pourrait deviner, caché derrière mon visage, mon cœur de femme ? Qui pourrait voir dans mes mains mes désirs pointés jusqu’au bout de mes ongles ? Qui pourrait dessiner au long de mes pas la caresse d’une jupe ? Mes seins ne sont que des rêves qui pointes des volcans imaginaires. Viendras-tu déposer sur mon visage, ...
J’ai esquissé un petit mouvement, oh combien maladroit moi qui n’avais aucune expérience des talons hauts, N. m’a rattrapée avant que je ne m’étale… son contact m’a fait comme un électro-choc, je n’ai pu m’empêcher de l’embrasser. .../... Et, les culottes, strings, soutiens et autres jupettes et robes par le canal si commode du catalogue des 3 Suisses ou de la Redoute. .../... - J’ai trouvé votre adresse dans une revue, je voudrais m’informer sur … les services que vous donnez. .../... Je ne dois tout de même pas me croire dans un roman, je suis ridicule ! .../... Je me suis entendu lui dire avec une voix qui devait défaillir : .../... Et c’est ici que je suis née, que je suis tombée en admiration devant cette femme qui se tenait devant moi : moi. .../... Un salon d’esthétique, bien éclairé, avec des miroirs, du mobilier en rotin confortable, des tables de manucure, un décors de très bon goût, un bar aussi, des vitrines avec des produ...
Je saisis ma clé dans la poche de mon imper et ouvre la portière de ma super cinq. Je n’ai pas le temps de réagir. D’un mouvement brusque, l’homme me fait basculer dans la voiture. Je me retrouve plaquée, le dos sur les deux sièges avant. Panique…L’homme est sur moi. J’ai peur. D’un couteau, qu’il me tue. Je suis terrorisée. Je ne crie pas. Je me débats. Ma jupe empêche tout mouvement des jambes, mais avec les mains j’essaie de le pousser. Il tente d’immobiliser mes bras en saisissant mes poignets. Je résiste. Je ne saurai dire après combien de temps, il s’arrête et me dit : « tu as plus de force que moi » Il fixe mon visage et dans la lumière évanescente d’un lampadaire qui parvient dans l’habitacle, je soutiens son regard. Je cesse de me débattre. Puis, Il palpe mes seins. Les collants qui remplissent les bonnets de mon soutien- gorge ne font alors plus illusion. Je lui dis : « je suis un mec ». .../... Je remonte la rue Jean-Jaurès....
Un peu plus tard, vers 1985-86, exactement, j'étais à un point où je ne savais plus où j'en étais, comme une espèce de vide existentiel. Je ne savais où me diriger, au point de vue travail et études. Je cachais bien mon secret en donnant le changer, en parraîssant aussi "gars" que possible (ce que l'on appelle un "macho trip"), mais je voyais que celà n'impressionnait personne. .../... Comme, à l'époque, j'étais camelot pour un journal très connu, j'ai même eu le courage (ou l'inconscience) de faire quelques tournées habillée en fille. Il faut dire que l'endroit où j'habite était très calme, où il n'avait pas un chat, surtout en pleine nuit. La seule chose à craindre était les policiers. J'aurais eu l'air fin s'ils m'avaient pincé. .../... C'est à peu près à ce moment là que je me suis demandé: "Et si j'étais une femme dans un corps d'homme, en fin de compte. Si je changeais de sexe, serais-je plus heureuse, serais-je un peu mieux acceptée dans la soci...
Wendy me propose de ramener un maximum d’affaires personnelles (féminines bien sûr), or les rares affaires que j’ai pu récolter (lors d’un voyage à Londres) sont enfouies quelque part et j’ai peu de chance de les retrouver dans un si cours laps de temps. Je dois tout de même trouver des dessous personnels. Je pris donc mon courage à deux mains et décidai de ces achats dans un "Hyper" assez éloigné de mon domicile. C’est la cohue et je vais à la pêche à une paire de collant. "Pas de collants opaques ! zut tant pis", je me rabat (ouaf ouaf) sur des collants en Lycra avec un soutient abdominale qui aplanira tant bien que mal mes excès alimentaires et surtout effacera une partie de mon anatomie indésirable pour cette "mise en scène". .../... J’avais 4 ans, et pourtant cette image de souliers très féminins est encore encrée dans ma mémoire. Le mariage était somptueux et j’étais vachement mignon et admiré. Ce fut peut-être un déclic ? .../... A l’...
Bonjour Isabelle. Je profite de l'occasion ma chère, de pouvoir échanger avec toi et par le fait-même avec vous tous, de vous divulguer une partie de ma vie et ce simplement, afin de me reconnecter dans la réalité de la vie, de garder contact avec la mienne!!! .../... Je sais que la carte soleil défraie certains coûts pour le processus de transformation mais les hormones, chirurgies esthétiques, prothèses etc.., ne sont plus à ma porter financièrement, donc me voilà gelée d'une autre façon. Sauf que maintenant, je sais qui je suis et ce que je veux à 100% .../... Ma soeur, je l'adore. C'est mon idole mais mon dieu que son enfance a été terrible. Placer chez mes demies soeurs, foyers nourricier, mères de ses amies à cause d'une maman qui n'a pas su comprendre qu'une petite fille ne prendrait jamais toute sa place et que mon père pouvait aimer sa femme et sa petite en même temps et ce, de façon égale à la maison. J'ai du ressentiment quelques fois en...
Ayant la grande chance de pouvoir vivre ma féminité aussi bien à la maison grâce à une épouse compréhensible que dans l'exercice de ma profession, j'ai tenté peut-être maladroitement de soutenir celles qui doivent bien malheureusement se cacher constamment. .../... Depuis toujours, je savais que nous étions très nombreuses à vivre ce qui reste pour moi de toute façon un calvaire, mais, j'ignorais la puissance de compréhension dont j'ai bénéficié pendant cette année de la part de vous toutes. .../... C'est vers l'âge de 7 ans que spontanément, - je m'en souviens encore - j'ai commencé à porter (en cachette) des vêtements féminins sans bien comprendre la raison. C'était pour moi évident, une sorte de nécessité. En grandissant, à la puberté, le phénomène s'est amplifié. A l'époque, je me disais que cela passerait. Et bien non ! Cela a continué. .../... Un an déjà, comme le temps passe, de présence sur le site de TVQ et presque quotidiennement...
Et, j'observe les femmes - ma mère, mes tantes et mes cousines, essayant de m'imaginer ce qu'elles ressentent et, je continue de plus belle à leur emprunter des vêtements et à me faire belle en secret ou presque. Car, n'ayant pas très bien maîtrisé l'art du «camouflage de mes activités et de mes intérêts», ma mère me surprend à quelques reprises en petite tenue ou en robe. Au début, cela ne semble pas susciter de réactions de panique chez elle. Néanmoins, avec le temps, mes petits penchants comme elle les nomme deviennent un sujet de conversation entre elle et ma tante, et dans la famille en général. Rien de mieux que cela pour vous culpabiliser une fille. .../... J'avais donc accepté en quelque sorte, quoique inconsciemment, de tenir le rôle. Mais, je n'ai jamais tout à fait oublié et réussi à faire taire la femme qui veillait en moi. Mon adolescence ne fut donc qu'une longue suite d'essais dans le sens de ma féminité entrecoupés de périodes o...
J'aime me créer des ensembles légers. Parfois je recherche plus l'allure distinguée. Parfois l'allure ballerine, parfois la vamp. Parfois l'ensemble superposition de plusieurs sous-vêtements, parfois un minimum de morceaux. Mais toujours la caresse. Et la jambe, le bas, la dentelle délicate. .../... Il y avait là le vieux camion de mon père industriel. Un jour que j'étais ainsi costumé, un visiteur est entré dans le garage, je me suis vite caché sous le camion. Il est monté à bord et a lancé le moteur dans un grondement d'enfer et les vapeurs bleues de l'échappement. Je remets vite mes culottes courtes et sors en criant après le monsieur, le coeur aux abois! .../... Un jour que j'achetais des bas-culottes queen-size chez LaBaie, la caissière me dit à la blague: «C'est pour vous?» L'art de mettre mal à l'aise. Comme j'avais décidé déjà d'accepter ce que je faisais, et frondeur, je lui réponds: «Bien sûr!». Devinez qui était maintenant la...
AlexandreAlexandre (publié: 20-10-2004, 16:31 ) .../... Ce plaisir d'être femme est en moi depuis toujours. Qu'elles sont belles, désirables... leurs courbes sont diaboliques. Et je les envie. Rien n'est plus magnifique. Alors comment ? Pourquoi ça ? Pourquoi moi ? .../... Voilà mon témoignage. Avec une pensée pour vous toutes... .../... J'ai maintenant 23 ans, je me sens à la fois homme et femme... et je suis seul. Quand je pense à mon passé, comment envisager un avenir ? Pour couronner le tout je fume du hasch quotidiennement (si cela a exalté mes désirs et sensations plus d'une fois, cela m'a aussi beaucoup fait réfléchir). .../... Salut à toutes. J'ai lu la plupart des témoignages et je me suis retrouvé un peu dans chacun. Vous aurez noté que j'écris au masculin, vous comprendrez pourquoi au fil de la lecture. C'est pour moi un baptême... premier mail, premiers aveux. .../... Alors que faire ? Si je me sens femme, je les aime aussi. Puis la réalité es...
J'adore me revêtir de fine lingerie et me sentir féminine. .../... Après notre séparation, j'ai commencé à m'acheter des articles féminins et j'ai eu la chance de rencontrer quelqu'un comme moi (je suis bisexuel). Ça été une révélation, je n'étais pas seul à être ainsi. .../... En peu de temps je me suis monté une collection de dessous "affriolants". Que j'ai encore tout jeté lorsque j'ai rencontré celle qui allait devenir ma seconde femme. .../... Alors que mes amis ne rêvaient qu'à rencontrer ces femmes, je rêvais plutôt de les rencontrer ainsi vêtues. N'ayant pas la chance de le faire, j'ai commencé tôt à "emprunter" des sous-vêtements féminins à chaque fois que j'en avais la chance. .../... Je sais qu'il y a beaucoup de personnes dans la même situation que moi. .../... CamilleCamille (publié: 20-10-2004, 16:32 ) .../... Je n'ai pas l'intention de sortir vêtue en femme (malgré que je pourrais le faire - j'ai une perruque et tout). ...
En effet, ma situation n'est pas facile à supporter tous les jours. Aujourd'hui, je suis âgé de 32 ans et cela fait plus d'une vingtaine d'années que mon esprit est divisé entre les 2 sexes. J'ai commencé à me poser des questions vers 7 ans en portant un maillot de bain 2 pièces de ma soeur. Ce fût le déclic ! Ensuite, chaque fois que j'empruntais un vêtement féminin, une sensation bizarre mais non moins agréable me traversait tout le corps. Je ne pus m'empêcher de recommencer dès que l'occasion m'en était offerte ! .../... Mon cas est tout autre... Pour commencer, je ne veux pas inspirer de la pitié face à vous toutes en vue d'engendrer une certaine compassion, mais seulement de faire savoir que certaines d'entre nous n'ont pas la chance ou le bonheur de pouvoir vivre de la façon qui leur semblerait être la plus proche de leur réalité ! .../... Cela n'arrangeait pas mes affaires pour avoir l'aspect le plus féminin possible ! De plus, comme c'...
Je ressens cela dans la manière d'aborder les problèmes. Je suis beaucoup plus calme, moins agressive. Plus reposée aussi. .../... Mon histoire est certainement la même que beaucoup d'entre vous. Le lieu, Paris. Nous étions trois enfants, mon frère, ma soeur et moi. Mon père, était ouvrier et ma mère ne travaillait pas. Peu d'argent entrait dans l'appartement d'une pièce et une cuisine pour cinq personnes. Aucun moyen d'avoir un espace à soi. .../... Je ne veux plus me cacher ce que je suis. Je ne veux plus avoir honte de moi , malgré la crainte d'affronter la réalité. Alors ma première étape est cette histoire. J'ai commencé un régime pour mettre mon corps en harmonie avec l'idée que j'ai de la femme qui existe en moi. Je vais me raser et jeter le masque. Le plus difficile sera sûrement de jeter l'autre masque qui est en moi. Je sais que je n'irai pas au de bout de la démarche. Il est trop tard je pense, et j'ai peur de recommencer une nouvelle vie . .../...
J'essaye de trouver mon équilibre dans cette situation ambigüe où je suis mi-homme mi-femme, de vivre les deux cotés de la sexualité, de m'enrichir de ce qu'ils ont chacun de meilleur. .../... Dans le tiroir de ma mère, j'ai pris culotte, soutien-gorge, collants, puis je me suis dirigée vers la salle de bain. J'étais tellement excitée que j'avais une érection terrible. J'avais mal. C'était la première fois que je ressentais un tel plaisir. .../... FlorenceFlorence (publié: 16-10-2004, 9:36 ) .../... Mon état civil me donne le prénom de Paul; mais je préfère de beaucoup que l'on m'appelle Florence. Flo. .../... Dans la salle de bains, je me suis inspirée des pages 'maquillage' du magasine; je me suis maquillée, j'étais très très belle. Il faut dire que je suis relativement douée pour le dessin, cela doit aider. .../... La réaction de mon frère a été étonnante de compréhension; il avait 18 ans à cette époque, et était follement...
Heureusement, la découverte sur le Web de sites comme celui-ci m'a permit de découvrir d'autres personnes comme moi et, je l'espère peut-être, d'en rencontrer certaines afin de rompre la solitude qui me pèse après ces longues années de féminité clandestine. .../... Pourquoi les femmes mettent tant de temps à se préparer ? Se maquiller demande une certaine tranquillité afin de dessiner, marier les couleurs, etc... Coiffer son opulente chevelure comme attribut principal de féminité exige une grande patience. .../... Devenue adulte, mais vivant toujours chez mes parents, je commandais par correspondance ma propre lingerie : culottes, soutien-gorges et porte-jarettelles. Une paire de bas et des escarpins pour complèter le tout. Mais par dessus tout cela, mon rêve de tant de nuits : une perruque !! Pas une opulente chevelure comme je l'aurais souhaité, mais une coiffure bouclée, suffisante pour paraître féminine. Ce fut une révélation ! Je me sentais vraiment fem...
Parfois ça la fatigue; elle s'inquiète que je me laisse envahir par cette deuxième personnalité. .../... C'était au début des années 70, à l'apogée des mouvements trotskistes, maoïstes, anarchistes; l'époque du MLF et de la naissance du mouvement homosexuel. Je lisais Freud, Reich et Lacan. .../... J'ai plu à des filles qui rejetaient les stéréotypes masculins, la drague et tout le folklore de la virilité. Quand je leur avouais mes goûts pour le travestisme, elles avaient des réactions compréhensives et même encourageantes. .../... J'ai ensuite rencontré la femme avec laquelle je vis depuis vingt ans et avec laquelle j'ai eu un garçon et une fille. .../... J'ai aussi trainé dans les bois et j'y ai connu des frayeurs: des hommes m'ont poursuivie à pied ou en voiture; pour en décrocher un j'ai même fait le tour du boulevard périphérique de Paris! .../... J'ai 40 ans et des poussières et je m'habille en femme depuis longtemps....
Un soir ma compagne et moi nous sommes violemment disputés pour un minuscule détail. L’accumulation de petits détails est devenue une véritable bombe. Nous ne nous sommes pas parlé pendant deux semaines et au terme de ce long silence, nous avons décidé de notre séparation. Elle voulait déménager à la campagne, moi rester en ville nous avons décidé de vivre sous le même toit jusqu’à qu’elle trouve un logement. Cela permettait aussi à notre fille d’avoir ses deux parents et de vivre une séparation le plus en douceur possible. Puis ma compagne est partie en vacances en Italie avec la petite. J’avais trouvé un travail fixe en tant qu’agent de train, mon travail me permettait d’oublier quelque peu les tristes événements se déroulant. .../... C’est à l’âge de sept ans que mon parcours dans la féminité a commencé consciemment. Le premier déclic. Avant cela, tout n’est que bribes de souvenirs et voyages en amnésie, mais je sais que Sonia était ...
Mais d’où me vient cette envie soudaine et intense de me maquiller et de me transformer à ce point? Depuis l’âge de 14 ans, je me contente d’enfiler des bas-culottes et une robe juste le temps d’une séance de masturbation. Mais aujourd’hui, ce n’est plus juste ça. Il y a beaucoup plus. Je ne veux plus seulement me sentir comme une femme, je veux en être une. Avoir l’apparence, la démarche, la gestuelle. J’ai passé de la phase sexuelle à la phase émotionnelle. Pourquoi 30 ans après? Je ne saurais le dire. L’internet y est sûrement pour beaucoup. Les sites comme le vôtre ont contribués à ce réveil. À me faire prendre conscience que ce que je vis, des centaines voire des milliers de personnes le vivent aussi. Je ne suis pas un « freak of nature ». Je suis un être humain façonné différemment et qui n’a pas suivi la ligne directionnelle dictée par la société. Aux yeux de mon entourage, cependant, ça ne paraît pas. .../... J’ai toujours cach...
J’y pensais sans cesse et j’ai sauté le pas… Cette parure ivoire à laquelle je rêve depuis plusieurs semaines repose enfin dans mon tiroir secret. Elle me hantait jour et nuit… Je l’imagine portée sous un pantalon crème avec mon chemisier de satin chocolat, un gilet beige et mes derbies de daim. Un collier fait d’anneaux de bois ciré, de discrètes boucles d’oreilles assorties, un bracelet un tantinet ethnique et le tour sera joué. J’ai pensé à cette tenue mille fois et mille fois je l’ai repoussée. Mille fois je me sentais coupable de me laisser entraîner dans le tourbillon des idées folles. .../... Je vis ma féminité dans le plus grand secret et pourtant, depuis quelques mois, elle remplit tout mon esprit. Je la laisse vagabonder de site en site, de bavardages en photos postées. Je me laisse faire. Le téléphone sonne, je réponds en poursuivant mes surfs sur les vagues électroniques de satin et de dentelle. On entre dans mon bureau ? Je ne dissimu...
CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)
Hommefleur association loi française 1901
enregistrée sous le n° W921001873
Copyright © 2011-2015
All Rights Reserved
Contact webmaster